Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 21 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cité d'Habitations à Bon Marché
    Cité d'Habitations à Bon Marché Schiltigheim - quartier du centre ville - 17,18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28 rue d' Alsace rue de Lorraine 5 à 12 rue de la Moselle 17a rue de la Glacière - en ville - Cadastre : 1990:07:00
    Historique :
    commune à l’Office Départemental d'’Habitations à Bon Marché. La construction commence par un ensemble de Le projet de construction des Habitations à Bon Marché est engagé en 1926 après que la nouvelle 100 logements, dans la section nord de la rue d'’Alsace, dont la commune avait décidé l’'aménagement en 1924 (voir dossier lotissement de la rue d’Alsace). L'’opération se poursuit les années suivantes en 1930 (date portée) construction de deux ensembles d'’immeubles de 59 et 48 logements et enfin, un dernier immeuble de 77 logements est construit rue de la Moselle. La maîtrise d'’œuvre de l'ensemble du projet est confiée au cabinet d'’architectes Risch et Herveh qui assure également la conduite revient ensuite à l’'entrepreneur Georges Luttmann (pour les 48 logements du côté est du même tronçon de rue au moins). En 1936, date à laquelle est achevé l'’immeuble rue de la Moselle, ce sont au total 416 prioritairement aux familles de plus de trois enfants fixées à Schiltigheim depuis deux ans au moins, tandis que
    Observation :
    La cité d'Habitation à Bon Marché constitue un jalon important de l'histoire du logement populaire de la commune et du le rôle que celle-ci à joué dans l'aménagement de son territoire. Par ailleurs
    Description :
    orientés nord-sud avec de courts retours latéraux (à l'exception des immeubles sis dans le tronçon sud de sont rejetés en fond de parcelle. Quatre des immeubles sont adossés deux à deux, enserrant au centre un espace de cour. Les immeubles, en maçonnerie enduite, présentent une élévation à deux étages carrés et un étage de comble sur rez-de-chaussée surélevé. La couverture des édifices est à longs-pans, en pavillon brisés et à toits bombés couronnés d'épis de faîtage. Les façades sont percées de fenêtres simples des immeubles. Les immeubles sont essentiellement à vocation résidentielle. Toutefois, des magasins rue d'Alsace. A l'intérieur, les appartements sont des deux ou des trois pièces disposant d'une
    Localisation :
    Schiltigheim - quartier du centre ville - 17,18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28 rue d ' Alsace rue de Lorraine 5 à 12 rue de la Moselle 17a rue de la Glacière - en ville - Cadastre : 1990:07
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Titre courant :
    Cité d'Habitations à Bon Marché
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Cité d'Habitations à Bon Marché
    Cité d'Habitations à Bon Marché Schiltigheim - ancien village - 1 à 06 rue Oberlin - en ville - Cadastre : 1990:01:00
    Historique :
    à Bon Marché du Bas-Rhin. Il est conçu par le cabinet d'architectes Risch et Herveh qui signe les plans en 1947. En 1948, la commune met gracieusement à disposition de l'Office le terrain sis sur ). La cité est achevée au plus tôt en 1950, date à laquelle le chantier est encore en cours.
    Description :
    Cité desservie par une rue aménagée à cette fin. Les parties construites, des immeubles, se répartissent de part et d'autre de la voie. A l'est, trois immeubles de trois étages parallèles implantés perpendiculairement à la rue. A l'ouest, un bloc de trois immeubles de trois étages parallèle à la rue. A l'intérieur
    Localisation :
    Schiltigheim - ancien village - 1 à 06 rue Oberlin - en ville - Cadastre : 1990:01:00
    Titre courant :
    Cité d'Habitations à Bon Marché
    Illustration :
    Office public départemental HBM. Construction d'un groupe d'immeubles collectifs de 60 logements à Office public départemental HBM. Construction d'un groupe d'immeubles collectifs de 60 logements à Office public départemental HBM. Construction d'un groupe d'immeubles collectifs de 60 logements à
  • Ecole primaire Jean Mermoz
    Ecole primaire Jean Mermoz Schiltigheim - quartier du centre ville - 71 route du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 1994:53:00
    Historique :
    L'école primaire Jean Mermoz a été construite en 1899 d'après les plans des architectes strasbourgeois Jacques Albert Brion (1843-1910) et Eugène Haug (1864-1936). Deux autres bâtiments (C) et (D ) furent ajoutés par les mêmes architectes en 1906 et 1911. En 1914, le bâtiment (A) fut exhaussé. En 1930 , l'architecte communal Henri Risch fut mandaté pour prolonger le bâtiment (A) à l'ouest, et ajouter un bâtiment prolongement des bâtiments (A) et (B) sont contemporains. L'école maternelle a été créée en 1911 avec une seule classe, augmentée d'une seconde en 1938. Une nouvelle clôture a été posée en 1938 par Louis Cleiss à Schiltigheim. L'école maternelle a été transférée en 1985 au 55 route du Général de Gaulle. En 1960, le préau maternelle dans l'ancienne salle de projection. L’école Mermoz a été réhabilitée en 1992 par l’architecte
    Description :
    du bâtiment (A) également. Les encadrements des portes d'entrée des bâtiments (C) et (D) sont . Maison d'instituteurs en maçonnerie enduite sur soubassement en grès à un étage plus un étage de comble , couverte d'un toit à longs pans et demi-croupes, conçue pour plusieurs familles d'instituteurs, aujourd'hui maison de concierge. Derrière la maison, dans le même alignement, bâtiment A en maçonnerie enduite à deux étages prolongé par une extension (entrée B) dans le même style, couvert d'un toit à longs pans, avec cintrées de grès et précédées d'un perron d'entrée couvert d'un auvent (moderne pour le bâtiment D). Les elles ont été réalisées au fur et à mesure de l'agrandissement de l'école. Le vestibule d'entrée du bâtiment (B) comprend une fontaine murale en carreaux émaillés unis à glaçure verte, aujourd'hui hors sapin, permettant à un homme de se tenir assis. Ce poste de guet était accessible par une échelle.
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Immeuble et ancienne amidonnerie
    Immeuble et ancienne amidonnerie Schiltigheim - ancien village - 20, 20a rue des Pompiers - en ville - Cadastre : 1808 D 253 254 556 1912 05 1990 05
    Historique :
    En 1817 la parcelle bâtie (253) appartient à l'amidonnier Frédéric Ehrhard, lui ou un parent d'habitation, une fabrique et une grange ne subsiste plus aujourd'hui que la fabrique. Un édifice peut-être à fonction industrielle y fut accolé à la fin du 19e siècle ou au début du siècle suivant. Un immeuble fut , partiellement à l'emplacement du logis ancien. Nous connaissons la physionomie de l'ancienne maison par une
    Localisation :
    Schiltigheim - ancien village - 20, 20a rue des Pompiers - en ville - Cadastre : 1808 D 253 254 556
    Couvertures :
    toit à longs pans brisés
  • Ecole primaire (bâtiment 2)
    Ecole primaire (bâtiment 2) Schiltigheim - ancien village - 112a route de Bischwiller - en ville - Cadastre : 1990:14:00
    Historique :
    et 1926 par Henri Risch (1891-1983) du cabinet d'architectes strasbourgeois Risch et Herveh. Il a été Walzer, R. et Ch. Rimmelin. On doit à A. Muck, entrepreneur de pierres factices, l'ensemble des décors en pierre reconstituée. La menuiserie a été réalisée par les schilickois Auguste Metzger, Adrien et Gustave sont intervenus également pour la serrurerie et vraisemblablement la ferronnerie. J. et A. Ungerer , horlogers à Strasbourg ont livré l'horloge d'édifice, et les faïenciers strasbourgeois Schaubruch et Prévôt
    Description :
    Bâtiment rectangulaire en maçonnerie enduite et béton armé, à deux étages carrés et un étage de comble. Toit brisé à double épaisseur de tuiles plates, couvert de zinc sur le couronnement des avant -corps. Les quatre façades possèdent chacune un avant-corps central à fronton en arc segmentaire ; trois , avec épi de faîtage sommital en forme de gland, et deux pots à feu latéraux.
    Auteur :
    [entrepreneur] Muck A. [maître de l'oeuvre] Ungerer J. et A.
    Typologies :
    lucarne à fronton-pignon lucarne à toit plat
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
  • Immeuble de la Société Anonyme des Chemins de fer de Schiltigheim
    Immeuble de la Société Anonyme des Chemins de fer de Schiltigheim Schiltigheim - quartier du centre ville - 53 route de Bischwiller - en ville - Cadastre : 1990:32:00
    Historique :
    En mars 1930, la Société Anonyme des Chemins de fer de Schiltigheim commanda à l'architecte son siège social. De style Arts déco, Risch a dessiné également les huisseries et la rampe d'escalier . Le rez-de-chaussée comportait initialement quatre commerces (dont une brosserie-parfumerie à
    Observation :
    Seul immeuble Arts déco construit par Henri Risch à Schiltigheim, à rapprocher de la fabrique de chaussures contemporaine Denu-Heckel à La Walck (67). Cet immeuble est le dernier vestige subsistant de la
    Représentations :
    des tonneaux de bière d'un camion à benne dans une halle fret.
    Description :
    Bâtiment de plan allongé en maçonnerie enduit en Terranova et à la modénature en pierre de marchandises. Corps principal à deux étages et neuf travées, présentant un léger décrochement côté à trois étages et quatre travées, dont deux travées latérales en saillie ; l'une d'elle abrite la comme les lanternes murales à pans coupés. A l'intérieur, le vestibule est en terrazzo, la cage rectangulaires, ouvrant à deux vantaux. Chaque étage comprenait treize bureaux en partie loués, ainsi que deux -sanitaire sur l'arrière ; sortie sur l'escalier extérieur à deux volées situé à l'arrière du bâtiment. Trois
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Illustration :
    de Schiltigheim à l'est. IVR42_20096700388NUC2A Détail du bas-relief montrant un ouvrier déchargeant des tonneaux de bière d'un camion à benne dans une halle à marchandises. IVR42_20076701562NUC2A
  • Eglise paroissiale de la Sainte-Famille
    Eglise paroissiale de la Sainte-Famille Schiltigheim - quartier du centre ville - place de l' Eglise - en ville - Cadastre : 1990:36:00
    Historique :
    L'église paroissiale de la Sainte-Famille a été construite de 1897 à 1899 sur un parcellaire consécration de l'église survenue le 24 septembre 1899 mit fin au simultaneum à Schiltigheim, l'église de la inachevée, les portails et encadrements n'ayant jamais reçu leur décor sculpté, à l'exception du tympan du 1930. L'église a fait l'objet de plusieurs campagnes de rénovation intérieure après le concile Vatican narthex pour le chevet un orgue neuf y fut placé. Le mobilier liturgique a été rénové et renouvelé par le
    Description :
    d'un narthex, d'une nef principale, de bas-côtés, d'un transept, d'un chevet à pans coupés prolongé par un déambulatoire conduisant à une sacristie axiale. La façade occidentale est cantonnée de deux tourelles d'escalier circulaires hors oeuvre avec chambres des cloches (à l'origine) et flèches octogonales . Une tourelle identique est située à l'angle sud-ouest de l'église, entre la nef et le bras sud du transept. Le clocher est contigu au bras nord du transept ; il a été construit postérieurement à l'emplacement d'une tour carrée existante, qui lui a servi de base jusqu'au premier étage. Son toit est à double -romane en granite gris poli. Les chapiteaux sont en grès rose et à crochet. Au nord-est, le rez-de
    Typologies :
    chevet à pans coupés
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Mairie
    Mairie Schiltigheim - ancien village - 57 rue Principale - en ville - Cadastre : 1990:13:00
    Historique :
    élevé par l'architecte d'arrondissement François Reiner à l'angle des deux rues en 1826. La première pierre a été posée le 7 octobre 1876 et le bâtiment était achevé le 15 juin 1877. Celui-ci comprenait à la fois les services municipaux, le commissariat de police et le dépôt d'incendie. Il a été mis en consacré à cette fonction. En décembre 1928, l'architecte strasbourgeois Henri Risch (1891-1983) dressa les
    Observation :
    Bel exemple d'architecture édilitaire d'époque allemande, implantée à l'entrée de la rue Principale
    Description :
    Bâtiment en angle à deux ailes reliées par un corps central comprenant un porche dans oeuvre avec rectangulaires en grès mouluré, l'étage de comble étant éclairé sur chaque gouttereau par six lucarnes à fronton latérales desservaient à l'origine le commissariat de police, sur la rue Principale, et le poste d'incendie , sur la rue du Tribunal, accessible par un passage d'entrée. A l'occasion des travaux d'exhaussement de la mairie, l'aménagement intérieur a été entièrement repensé. Des vitraux décoratifs et figurés
    Typologies :
    lucarne à fronton-pignon
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
  • Banque Caisse d'épargne
    Banque Caisse d'épargne Schiltigheim - quartier du centre ville - 47 route de Bischwiller - en ville - Cadastre : 1990:32:00
    Historique :
    L'immeuble de bureaux de la Caisse d'Epargne a été construit à l'emplacement des anciennes écuries
    Observation :
    Dernier bâtiment public construit par Henri Risch à Schiltigheim sur le site de l'ancienne gare de
    Description :
    faces, et couvert d'un toit en ardoise à longs pans et croupes débordantes. La façade postérieure est étages à dix travées de fenêtres formant des triplets verticaux en façade. L'étage de comble est éclairé , avec des jouées et un toit en zinc. A l'origine, le bâtiment était crépi.
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Caisse primaire d'assurance-maladie
    Caisse primaire d'assurance-maladie Schiltigheim - quartier du centre ville - 14 rue De-Lattre-de-Tassigny - en ville - Cadastre : 1990:36:00
    Historique :
    L'établissement a été construit en 1924 par l'architecte strasbourgeois Henri Risch sous le nom de strasbourgeois Risch et Herveh a réalisé seul tous les plans et dessins de l'édifice, y compris son ornementation , les menuiseries intérieures et extérieures. Il en a également dirigé les travaux. Un projet de construction d'une clinique dentaire a été confié à l'architecte Henry Walker en 1964. La clinique a été dépistage a été aménagé par la ville de Schiltigheim dans l'ancienne clinique dentaire, après le rachat
    Représentations :
    donne à boire à un homme alité sur une méridienne. Elle pose une main sur son épaule. Près de lui, une
    Description :
    segmentaire orné d'un bas-relief. De part et d'autre de la lucarne-fronton, un pot à feu godronné et une par un perron encadré par un porche saillant hors-oeuvre à colonnes doriques surmonté d'un balcon avec épis de faîtage en forme de pots à feu coiffant les faîtes de toit (dont celui de la tourelle ) existaient encore en 1989. La propriété a conservé sa clôture elliptique maçonnée avec ferronneries et portails d'origine. A l'est, une tourelle semi-engagée abrite la cage d'escalier celle-ci comprend une entrée latérale. La façade postérieure possède une aile rectangulaire, percée de baies rectangulaires. A manière à éclairer la verrière zénithale de l'atrium (hall des guichets). La toiture vitrée a été contrôle médical a été construit au nord de la parcelle, jouxtant l'immeuble d'origine. A l'origine, la archives au sous-sol. Le hall des guichets a été converti en crèche avec aire de jeux pour tout-petits la
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
  • Groupe scolaire Exen
    Groupe scolaire Exen Schiltigheim - ancien village - 7, 9 rue des Pompiers 112a route de Bischwiller - en ville - Cadastre : 1990:14:00
    Historique :
    Le groupe scolaire Exen-Schweitzer-Pire a pour origine la mairie-école construite en 1829 par François Reiner (1763-1843) au lieu-dit Exen. En 1838, un bâtiment utilitaire à pan de bois fut aménagé en . Le bâtiment à pan de bois transformé en école fut rasé pour vétusté en 1961, et l'école de filles fut bâtiment (5) qui fut doublé avant 1890 par le bâtiment (4), date à laquelle la municipalité demanda aux , dont il dessina deux versions différentes de style néo-baroque. Ce projet fut simplifié et limité à la nouvelle école de filles, avec jardin à la française. En fin de compte, il intervint en 1932 pour la seule préau et gymnase. Il a été mis en chantier en août 1960 à l'emplacement de l'ancienne malterie Prieur dont les caves furent remblayées. Il a été inauguré en septembre 1961 avec 27 classes. Le bâtiment originel est aujourd'hui la Maison du Jeune Citoyen. Le bâtiment (1) construit au sud a été ajouté après
    Observation :
    Implantation continue de 1829 à 1969 dans un tissu urbain industriel et résidentiel environné de dans le développement urbanistique du centre-ville. L'hôtel de ville a été implanté à proximité de
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
  • Lactarium la Goutte de lait, actuellement hôpital de jour
    Lactarium la Goutte de lait, actuellement hôpital de jour Schiltigheim - quartier du centre ville - 1 rue de Wissembourg - en ville - Cadastre : 1990:37:00
    Historique :
    L'établissement de bienfaisance de la Goutte de Lait a été construit en 1923-24 par le cabinet d'architectes strasbourgeois Risch et Herveh sur un terrain cédé par la ville. Il a été inauguré le 27 février Herrenschmidt-Ungemach, épouse de Fernand Herrenschmidt. Destiné à la protection de la petite enfance (1891-1983) a réalisé seul tous les plans et dessins de l'édifice, y compris son ornementation, les menuiseries intérieures comme la rampe d'escalier. Il en a également dirigé les travaux. Une fenêtre à l'arrière du bâtiment a été transformée en porte dans les années 1950 avec adjonction d'un escalier extérieur en ciment et d'un perron. La gérante Berthe Hindermann y demeura de 1924 à 1966. L'oeuvre , déficitaire, a cessé de fonctionner en 1955, mais la Goutte de Lait a été un moyen de lutte efficace contre la mortalité infantile, très élevée au début du 20e siècle. Le bâtiment et son terrain ont été cédés à la
    Description :
    , trois lucarnes à fronton en arc segmentaire sont reliées par une corniche à décor géométrique, encadrées de deux pots à feu. De part et d'autre, une lucarne avec fronton en bois mouluré en forme de coquille surélevée encadrée de deux boules en pierre. A l'origine, la distribution intérieure du rez-de-chaussée d'attente, un office, une cuisine et la pesée des nourrissons. A l'étage, le logement disposait de deux un angle, cave à charbon, cave à bois, tambour, glacière, emballage plus deux caves. Dans le jardin
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
  • Ensemble de garde-corps
    Ensemble de garde-corps Schiltigheim - ancien village - 112a route de Bischwiller
    Description :
    Garde-corps à claires-voies encastrées dans les cages des deux escaliers tournants à volées droites . Grilles de forme cintrée identiques en fer forgé peint, à panneau unique au maillage ajouré imitant une
    États conservations :
    Deux médaillons animaliers cassés, à la figure animalière non remise en place.
  • Nouveau cimetière
    Nouveau cimetière Schiltigheim - quartier du centre ville - rue de Sélestat route du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 1990:42:00
    Historique :
    Dès 1909, la municipalité réfléchit à la création d'un cimetière simultané au lieu-dit ""Fuchsloch le jour à cette époque. En 1922, une grille en fer forgé fut posée, après que le cimetière ait été en 1946, et commanda à l'architecte Steiger la réalisation d'une morgue de 8 places, d'une salle 1949 par l'entreprise E. Sultzer et Cie à Schiltigheim. En 1950, le ferronnier-serrurier Louis Cleiss
    Observation :
    Premier cimetière communal à s'être doté d'un espace cinéraire.
    Description :
    par des allées longitudinales et latérales. Le carré militaire est situé à l'intérieur du carré 8 , dans la partie sud. De même, le carré 6 a été subdivisé pour intégrer un carré réservé aux urnes. Un souvenir occupe un espace triangulaire à côté de l'entrée donnant sur la rue de Wissembourg. Un bureau comprenant une morgue est situé à proximité de la même entrée. Le cimetière possède une deuxième entrée sur
  • Bains municipaux
    Bains municipaux Schiltigheim - quartier du centre ville - 2 rue Saint-Charles - en ville - Cadastre : 1990:32:00
    Historique :
    de la Société des Chemins de fer d'Alsace-Lorraine à proximité de la gare de marchandises dirigea les travaux. Les bains municipaux, dont le coût s'éleva à 1,2 millions de francs, dont 400.000 R. Rimmelin, à Schiltigheim. Ils ont été inaugurés le 12 août 1929. En 1946, les bains proposaient , après avoir été vendus à l'Alsacienne de brasserie Albra en vue d'y implanter un musée de la Bière.
    Observation :
    Inspirés des bains municipaux construits par Fritz Beblo à Strasbourg en 1906-1908.
    Description :
    postérieure sur la façade arrière de l'avant-corps, avec pignon à redents. Toit principal bombé, couvert postérieure. L'escalier d'honneur était à deux volées droites ; le mur d'échiffre était percé d'une fontaine monumentale à pans coupés et le garde-corps était orné de deux boules en pierre. Le portail, mouluré de fasces , était campé de colonnettes à pans coupés, avec chapiteaux feuillagés et corniche moulurée saillante une moulurés sur chaque battant, garnis de fer forgé. Le hall d'entrée était orné de vitraux à décor géométrique, de pilastres cannelés à chapiteaux feuillagés, de lambris et d'un plafond à caissons moulurés. La de siège, une douche et une étuve à air chaud. Au sous-sol une chaufferie, une cave à charbon, 2 garages à vélos, 14 douches, 2 cages d'escalier avec salles d'attente annexées, une buanderie, une
    Auteur :
    [maître de l'oeuvre] Ungerer J. et A.
  • Rampe d'appui de l'escalier principal
    Rampe d'appui de l'escalier principal Schiltigheim - ancien village - 57 rue Principale
    Historique :
    Stockreisser à Strasbourg en 1930, d'après le dessin de l'architecte Henri Risch, qui rehaussa la mairie d'un
    Représentations :
    Urnes cinéraires couronnant les départs de rampe d'escalier. Garde-corps à ornement géométrique
    Description :
    Escalier intérieur double tournant à une volée droite puis deux volées tournantes à montées parallèles, se terminant en U. Départs de rampe en gaine à plan courbe, surmontés d'une urne en fer forgé
  • Abri de défense passive
    Abri de défense passive Schiltigheim - quartier du centre ville - 71 route du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 1994:53:00
    Historique :
    L'abri de défense passive a été aménagé en 1938 dans les caves du bâtiment (B) de l'école primaire Jean Mermoz construit à la même époque. L'ensemble a été commandé à l'architecte strasbourgeois Henri Risch (1891-1983) à la fois par la ville de Schiltigheim et par le le service de défense passive.
    Description :
    (conservées). L'entrée sud est accessible par la cage d'escalier du bâtiment B. Une pancarte à l'entrée de la horizontales peintes à la peinture flurorescente, qui permettaient un éclairage minimal lorsqu'elles étaient
  • Ensemble de 2 bancs
    Ensemble de 2 bancs Schiltigheim - ancien village - 112a route de Bischwiller
    Description :
    Bancs identiques en chêne peint, à six pieds, au dossier ajouré de balustres plats, placés de part et d'autre dans le vestibule d'entrée du rez-de-chaussée. Présence d'accoudoirs à volutes.
  • Ensemble de 3 portes extérieures
    Ensemble de 3 portes extérieures Schiltigheim - ancien village - 112a route de Bischwiller
    Historique :
    . Pour la menuiserie, ont travaillé à cet édifice Pierre Zuber, menuisier-ébéniste strasbourgeois, et les
    Description :
    -circulaire, à encadrement et placage de chêne. Chacun des deux vantaux est mouluré de trois caissons, le porte est rayonnant, avec volutes rapportées et plaquées à l'extrémité des rayons. La base, sculptée dans la masse, possède un ornement rapporté en relief semi-méplat. Porte latérale nord en chêne à deux décor proche des grilles des petites fenêtres latérales. Porte latérale sud en chêne à deux battants , vitrés sur toute leur hauteur. Les vitres inférieures sont protégées à l'intérieur comme à l'extérieur
  • Rampe d'appui de l'escalier intérieur
    Rampe d'appui de l'escalier intérieur Schiltigheim - quartier du centre ville - 1 rue de Wissembourg
    Historique :
    l'architecte strasbourgeois Henri Risch, qui en a dessiné le modèle.
    Description :
    en gaine droite de plan rectangulaire, surmonté d'une boule à facettes. Garde-corps en chêne à