Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de tabac dite Manufacture alsacienne des tabacs, puis usine SEITA, puis Altadis

Dossier IA67012107 réalisé en 1992

Fiche

Appellations manufacture alsacienne des tabacs, puis SEITA, puis Altadis
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, salle des machines, chaufferie, cheminée d'usine, aire de stockage du combustible, atelier de réparation, entrepôt industriel, aire des produits manufacturés, cantine, vestiaire d'usine, cour
Dénominations usine de tabac
Aire d'étude et canton Strasbourg - Strasbourg centre
Adresse Commune : Strasbourg
Lieu-dit : Krutenau
Adresse : 07 rue de la Krutenau
Cadastre : 1990 30 1

En 1810, Napoléon 1er rétablissait le monopole des tabacs. La première Manufacture des Tabacs créée à Strasbourg l'année suivante occupa une annexe de l'église Saint-Etienne (actuel lycée privé du même nom). La restitution des bâtiments au Clergé, nécessita la construction, entre 1849 et 1864, d'une nouvelle usine qui s'établit à l'adresse actuelle. La Manufacture fut gravement endommagée par le bombardement de septembre 1944, et sa reconstruction, opérée "à l'identique" pour le bâtiment de la rue Calvin, modifia le plan des bâtiments techniques implantés dans la cour même de l'usine. A cette occasion disparurent les deux anciennes cheminées d'usine. Le site n'a pas été l'objet, depuis, de modifications significatives. L'usine est depuis 1999 la propriété du groupe Altadis (groupe né de la fusion de la Société Industrielle d'exploitation des Tabacs et Allumettes (ou SEITA) et de la société espagnole Tabacalera). Le parc des équipements était présenté, en 1992, comme remontant aux années de l'après-guerre, mais il a été régulièrement amélioré par le rajout d'éléments périphériques plus performants. Les machines proviennent surtout de Hollande (Arengo), mais aussi d'Allemagne (Hauni, Shmermund, Woerner, Petrouchka) et d'Angleterre (Rose). Les ajouts et l'appareillage périphérique est essentiellement d'origine française. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, la Manufacture des Tabacs employait plus de 250 personnes. En 1992, l'effectif se composait de 180 personnes.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1849, daté par source
Auteur(s) Auteur : Rolland E., architecte, attribution par source
Auteur : Weyer J., architecte

L'usine s'organise autour d'une cour intérieure formant (depuis sa reconstruction) un carré imparfait. Les ateliers de fabrication, les magasins et les entrepôts industriels sont distribués par escaliers tournants à retours et cage ouverte, dans les 2 étages carrés du bâtiment principal de plan carré régulier. Ce bâtiment est en pierres de taille (grès), avec une toiture à deux pans recouverts de tuiles plates. Les bureaux occupent un bâtiment contigu en pierres de taille (grès), à 2 étages carrés et toiture en pavillon recouverte de tuiles plates. La chaufferie et l'atelier de réparation sont en brique, avec 1 étage carré et une terrasse. La cantine et le vestiaire d'usine sont logés dans un bâtiment situé à l'arrière et donnant sur une petite cour. Ce bâtiment en pierre de taille (grès) partiellement recouverte d'enduit, a 1 étage carré et une toiture à deux pans de tuiles plates.

Murs grès
brique
bossage
enduit partiel
pierre de taille
petit appareil
Toit tuile plate, béton en couverture, matériau synthétique en couverture
Plans plan carré régulier
Étages sous-sol, 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à deux pans
croupe
Escaliers escalier de distribution
escalier tournant à retours : escalier tournant à retours
cage ouverte : cage ouverte
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
achetée
Statut de la propriété propriété privée
(c) Inventaire général - Buchheit Chip