Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de matériel d’équipement industriel BUMIX, puis Metallux, puis usine de transformation des métaux Martel Catala & Cie, puis Alsafil, puis Le Bronze Alloys

Dossier IA67080358 réalisé en 2018

Fiche

La rédaction de ce dossier fait suite à l'étude en juin 2018, dans un contexte d'urgence lié à la cessation d'activité et à la mise en vente du site, de l'usine Martel Catala & Cie qui fabriquait des toiles destinées à la papeterie dans son unité de production de la route de Strasbourg à Sélestat. L'usine du Vieux-Chemin de Bergheim lui ayant servi d'usine auxiliaire durant plus de vingt années, sa prise en compte s'est révélée nécessaire pour saisir le fonctionnement global des Ets Martel Catala & Cie.

Cette opération est menée par Frank Schwarz, la prise de vue est assurée par Frédéric Harster et la cartographie du site par Abdessalem Rachedi.

Appellations Martel Catala & Cie, Alsafil
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bureau, fonderie, magasin industriel, cour, voie ferrée
Dénominations usine de matériel d'équipement industriel, usine de transformation des métaux
Aire d'étude et canton aire d'étude du département 67 - Sélestat
Adresse Commune : Sélestat
Adresse : 21 Vieux-Chemin de Bergheim
Cadastre : 2018 53 01 78

En 1950, l’architecte Paul Kieffer de Sélestat dépose, pour le compte de la société franco-suisse BUMIX spécialisée dans la construction de lampes industrielles, une demande de permis de construire pour une nouvelle usine au sud de la ville de Sélestat. Le projet consiste à reconvertir un bâtiment existant, couvert d’une toiture cintrée, en magasin et atelier de fabrication et à construire, sur son front ouest, un bâtiment en rez-de-chaussée, de plan rectangulaire allongé.

En 1956, le site est exploité par la société Metallux qui produit des lampes électriques de marque LUXI. En 1966, il est acquis par les Ets Martel Catala & Cie qui exploitent une fabrique de toiles métalliques destinées à l’industrie papetière, le long de la route de Strasbourg à Sélestat (étudiée, IA67080354). Ces derniers y aménagent une fonderie avec ateliers de laminage, tréfilage et recuit, ce qui nécessite la démolition d’une partie des bâtiments existants. Ne sont conservées partiellement que les constructions exécutées en 1950 selon les plans de Paul Kieffer. En 1969, l’usine est flanquée au sud d’une extension servant de magasin industriel.

Une nouvelle extension du site est menée en 1974, prolongeant vers l’ouest la fonderie et les ateliers de laminage et de tréfilage. En 1986, l’architecte colmarien Yves Pircher livre les plans d’un agrandissement de l’usine qui occupe l’angle nord-ouest du site. Il accueille l’unité de tréfilerie. En 1988, la gestion du site est confiée par les Ets Martel Catala & Cie à une société autonome dénommée Alsafil. L’activité de fonderie a perdu de son intérêt pour la production de toiles pour la papeterie avec le développement des fils en polymères plastiques. L’année suivante, Alsafil, qui emploie 69 salariés, est cédée à la firme Les câbles de Lyon, filiale de la Compagnie générale d’Électricité. Cette dernière produit des câbles pour Électricité de France mais aussi des caténaires, des fils téléphoniques, des câbles d’antennes et travaille pour l’aviation. En 2012, la société Alsafil est reprise par le groupe Le Bronze Industriel avec un effectif de 33 personnes. L’usine est actuellement exploitée sous la raison sociale Le Bronze Alloys.

Période(s) Principale : 2e moitié 20e siècle , daté par source
Dates 1950, daté par source
1966, daté par source
1969, daté par source
1974, daté par source
1986, daté par source
Auteur(s) Auteur : Kieffer Paul
Auteur : Pircher Yves, architecte, attribution par source

L’usine se compose, au nord, de l’atelier de fabrication construit en 1950 (A), flanqué à l’est d’une travée de bureaux (B) et à l’ouest de la dernière extension menée sur le site (C). Au sud, se déploient les ateliers de laminage et de tréfilage et la fonderie (D), flanqués à l’ouest de l’extension (E) réalisée en 1974 et au sud d’un magasin industriel (F). La cour d’usine, qui borde les bâtiments à l’est, conserve dans sa partie méridionale les vestiges d’une voie de chemin de fer dédiée. Pour l'identification des bâtiments, se reporter au plan de situation du site figurant dans les illustrations (IVR42_20186702001NUDA).

L’atelier de fabrication (A) est de plan rectangulaire. Édifié en maçonnerie enduite avec une ossature de poteaux et de sous-poutres en béton armé, il comporte un sous-sol et un rez-de-chaussée coiffé d’un toit à longs pans et tuiles mécaniques. Il est flanqué, à l’est, d’une travée de bureaux (B) en rez-de-chaussée bardés de tôles nervurées et couverts d’un toit en terrasse. L’atelier de fabrication en rez-de-chaussée (C) qui le prolonge à l’ouest est de plan rectangulaire. Construit en charpente métallique et tôles nervurées, il est couronné d’un toit en terrasse ajouré de fenêtres de toiture. Ses élévations nord et ouest sont percées de grandes baies en bandeau.

L’atelier de fabrication (D) associant les unités de tréfilage, de laminage et la fonderie forme un vaste vaisseau de plan rectangulaire sous un toit en terrasse ajouré de six lanterneaux vitrés et supporté par une charpente métallique en treillis. Son angle nord-est est occupé par des transformateurs électriques. La travée qui accueille la fonderie, au sud, est de plus grand développement. Édifié en pan de fer et maçonnerie enduite, cet ensemble présente une élévation antérieure couronnée d’un acrotère et ajourée de grandes baies rectangulaires avec appuis saillants en béton. Une cheminée rectangulaire en briques apparentes se dresse le long de cette façade. Au sud, la fonderie est prolongée par un magasin industriel (F) en maçonnerie enduite avec charpente métallique en treillis. L’extension (E) en rez-de-chaussée, qui prolonge les ateliers à l’ouest, en reprend la volumétrie. Édifiée en charpente métallique et bardage de tôles nervurées, elle est couverte d’un toit en terrasse ajouré de six lanterneaux vitrés. Son élévation occidentale est percée de grandes baies en bandeau.

Murs maçonnerie enduit
pan de fer
maçonnerie essentage de tôle
Toit tuile mécanique, bitume
Plans plan rectangulaire régulier
Étages sous-sol, en rez-de-chaussée, 1 vaisseau
Couvertures terrasse lanterneau
toit à longs pans
Énergies énergie électrique achetée
Statut de la propriété propriété d'une personne morale
(c) Région Grand Est – Inventaire général - Schwarz Frank