Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation des instruments de la collection de Physiologie

Dossier IM67017660 réalisé en 2006

Fiche

  • Impression

Voir

Aire d'étude et canton Strasbourg
Localisation Commune : Strasbourg
Adresse : 11 rue de l' Université

La collection de l´Institut de Physiologie de la Faculté de Médecine de Strasbourg comprend un ensemble de 816 instruments, du début du 19e siècle à la première moitié du 20e siècle. Constituée dans une ville universitaire frontalière de renom suscitant des convoitises entre la France et l´Allemagne, elle n´a apparemment pas subit les dommages dus à cette situation. Au contraire, elle a bénéficié de l´enrichissement provoqué par les alternances de nationalité et les émulations successives apportées dans certains domaines. De nombreux anatomistes et physiologistes illustres s´étant succédés à Strasbourg, elle s´est constituée en un ensemble remarquable d´instruments représentatifs de la « belle mécanique scientifique » reflétant les productions d´origines diverses de cette période. Elle témoigne de l´enseignement et de la pratique de la physiologie à Strasbourg sur un siècle et demi. Ceci depuis l´enseignement de la physique médicale à l´Ecole de santé créée en 1794, en passant par l´avènement de la physiologie scientifique avec le transfert des équipements de physique médicale en physiologie expérimentale en 1872, puis par la construction d´un institut dédié, mis en service en 1884, jusqu´à ce que l´Institut de physiologie s´installe rue Humann en 1968. Charles Marx, physiologiste, réunit et conserve cette collection à Strasbourg de 1945 à 1987. La qualité et la rareté des instruments de physiologie de la Faculté de Médecine de Strasbourg sont attestées par un spécialiste en histoire de la physiologie, le professeur Dr. H. Müller-Mohnssen. En 1971, en prévision d´une exposition d´instruments anciens devant se tenir dans le cadre du 25e Congrès international de Physiologie de Münich, le professeur Müller-Mohnssen prospecte plusieurs instituts de physiologie en différents pays. Après son passage à Strasbourg, il écrit au professeur Ch. Marx en ces termes : « [...] Die Expedition hat ergeben, dass die Institute in Strasbourg und Basel auf einen Besitz an historischen Instrumenten blicken, der, verglichen mit dem, was unsere Institutsschränke in Deutschland und Österreich hergeben, fürstlich ist. Eine Ausstellung wäre allein mit diesen Geräten schon vollkommen gesichert. Einige interessante Ergänzungen erhalten wir aus Wien, Tübingen, Heidelberg und Giessen. [...] » . (L´expédition a montré que les instituts de Strasbourg et de Bâle possèdent un patrimoine d´instruments historiques qui, comparé à ce que les armoires des instituts en Allemagne et en Autriche peuvent fournir, est d´un niveau princier. Avec ces seuls objets, une exposition serait d´ores et déjà entièrement assurée. Nous pouvons obtenir quelques compléments intéressants à Vienne, Tübingen, Heidelberg et Giessen.) Conscient de l´intérêt scientifique et technique de cette collection, Ch. Marx a rédigé un pré-inventaire inachevé, et apposé sur les objets un numéro correspondant. Ce pré-inventaire comprend 268 références renvoyant à des instruments de Physiologie et 8 références concernant des appareils de Pharmacologie et de « Médicale F » . Sur chacun des objets figure un numéro commençant par PM pour Physiologie Médecine ou PKM PharmaKologie Médicale. Il nous fournit, sauf pour quelques cas, une identification des instruments concernés. Quelques unes de ces références sont accompagnées dans le pré-inventaire des initiales N ou D suivies d´un numéro. L´initiale N fait référence à la numérotation des pages d´une documentation rassemblée par Ch. Marx autour de 23 instruments caractéristiques de l´expérimentation en physiologie. Elle comprend des références bibliographiques et des illustrations issues d´ouvrages sur l´expérimentation en physiologie ou de catalogues de fabricants. L´initiale D renvoie aux appareils photographiés et commentés par le Dr H. Müller-Mohnssen pour le 25e Congrès international de Physiologie de Münich du 26-31 juillet 1971. Les 16 instruments regroupés par H. Müller-Mohnssen pour ce congrès, et tous restitués après, permettent d´illustrer l´évolution de l´instrumentation à travers l´histoire de l´expérimentation en physiologie. Deux de ces instruments ont disparu avant le sauvetage de la collection en 1987. Il s´agit, d´un chronoscope de Hipp fabriqué à Neuchâtel, et d´un appareil pour l'observation des réactions à la rotation d'un animal fabriqué par Siedentopf à Würzburg. Leur description a été faite à partir des photographies du Dr Müller-Mohnssen. Le pré-inventaire de Ch. Marx renvoie à deux inventaires supplémentaires. Un Inventaire du Cabinet de Physique, non daté, pour lequel le professeur mentionne les dates d´acquisition des instruments. Cet inventaire concerne 7 objets acquis entre 1843 et 1863. Un autre inventaire, correspond à des numéros anciens inscrits sur les instruments que Ch. Marx indique par la mention « Anc. N°... » . Le numéro le plus élevé retrouvé est le 660. Sur les appareils, cette numérotation est le plus souvent manuscrite en rouge et suivie d´un point - le chiffre 1 étant indiqué par la lettre i selon une calligraphie germanique ancienne. Cet inventaire date probablement de la période d´annexion de l´Alsace par l´Allemagne entre 1871 et 1918 et appartient peut-être au premier volume du catalogue général wilhelminien. Ce volume tenu par le Dr. von Recklinghausen entre 1873 et 1906 est numéroté de 1 à 3511. Dans la collection quatre références se distinguent des autres : FM 456 (électroscope), FM 752 A (kymographe à volant magnétique), FM 848 M. (résonateur variable de type Koenig), et FM 865 (analyseur manométrique de Koenig à résonateurs de Helmholtz). Parmi les 268 références du pré-inventaire réalisé par Charles Marx, 12 instruments référencés n´ont pas été retrouvés et 5 instruments n´ont pu être inventoriés : un grand galvanomètre de Einthoven (Eiga, Pays-Bas), un électroencéphalographe (Alvar, France), un spiromètre de 50 litres, et 2 oscillographes. Constructeurs et origine des instruments : L´origine des instruments de la collection reflète l´histoire de la période durant laquelle elle a été constituée et plus généralement celle de l´Alsace, d´une identité construite entre la France et l´Allemagne. De la seconde moitié du 19e siècle au milieu du 20e siècle, l´Alsace a connu deux périodes d´annexion par l´Allemagne de 1871 à 1918, puis au moment de la Seconde Guerre mondiale de 1940 à 1945. Ainsi les instruments pour lesquels le lieu d´exécution est connu, soit 55 % de la collection, sont pour 45 % issus de constructeurs français. Les fabricants allemands viennent en seconde position avec 34 % des instruments. Sept fabricants strasbourgeois sont identifiés : J. & A. Bosch, Diebolt père et fils, Elser, F. Majer, Schnéegans, Strassacker, C. E. Streisguth. Les constructeurs américains, anglais, autrichiens, hollandais, polonais, suisses et suédois sont présents à travers 21 % des instruments. Trois revendeurs d´instruments dont deux strasbourgeois ont été identifiés (P. Woehrlin, C. Schuhl, S. Bloch) Allemagne : AEG (Allgemeine Elektrizitäts-Gesellschaft), P. Altmann, A. Appunn, R. Böhme, M. Th. Edelmann, H. Diel, Hartmann et Braun, O. Hornn, R. Jung, I. Keinath, M. Kohl, F. Köhler, A. Krüss, E. Leitz, E. Leybold´s Nachfolger, G. & L. Merz, O. Moecke, O. Plath, C. Potzelt, P. Räth, Ruhstrat, Fr. Runne, F. Sauerwald, Schimdt et Haensch, W. Schlumprecht, W. Siedentopf, Siemens & Halske, C.-A. Steinheil, R. Stirn, E. Stöhrer, A. Weber, Winkel, C. Zeiss, A. Ziegler, E. Zimmermann, L. Zimmermann. Angleterre : Cambridge Instrument Co. Ltd., R. Fulcher, Siebe Gorman et Cie Ltd., C. F. Palmer Autriche : Mayer & Wolf, Gebrüder Miller Etats-Unis : Meyer, The Torsion Balance Compagnie, Jewell Elect. Inst. Co., Underwood & Underwood. France : Alvar, L. T. J. Auzoux, Beaudoin Ch, J. & A. Bosch, G. Boulitte, J. Carpentier, J. F. B. Charrière, E. Cogit, Deleuil, Diebolt père et fils, A. Ducretet, Elser, Etablissement Fontaine, Gaiffe-Gallot et Pilon, Gauthier et Cie, Hermagis, J. Jaquet, A. Jobin, R. Koenig, Lejaoue, L. Lejeune, Lerebours, F. Majer, A. Marloye, L. Maxant, E. Meyer, C. S. Nachet, R. Neveu, Ph. et Fils Pellin, Pirard et Coeurdevache, Les Etablissements Poulenc Frères, H. D. Ruhmkorff, J. Salleron, Schnéegans, Tramond, Cie Générale de Verrerie et d´Appareillage Scientifique, I. Werlein Pays-Bas : P. J. Kipp & Zonen Pologne : P. Hermann, C. G. Pinzger, Winckelmann & Söhne Suéde : Sandström Suisse : Fr. Bücchi, M. Hipp, Pfister & Streib, Fr. Runne Origine inconnue : Hanhart, Weygandl & Klein, E. Muller Revendeurs : P. Woehrlin, C. Schuhl, F. Bergmann & P. Altmann.

Références documentaires

Bibliographie
  • BLONDEL, Christine. Electrical instruments in 19th century France, between makers and users. In History and Technology. 1997.

  • BONAH, Christian. Les sciences physiologiques en Europe. Analyses comparées du XIXe siècle. Paris : J. Vrin ; Lyon : Institut interdisciplinaire d'études épistémologiques, 1995.

    p. 11-29
  • BUD, Robert, WARNER, Deborah, Jean (dir.). Instruments of Science : An Historical Encyclopedia. New-York, London : The Science Museum, Smithsonian Institution, Garlan Publishing, 1998.

  • CADET, Rémi. L´invention de la physiologie : 100 expériences historiques. Paris : Belin, 2008. ISBN 0224-5159.

  • CANGUILHEM, Georges. Études d'histoire et de philosophie des sciences. Paris : J. Vrin, 1968.

  • CRAWFORD, Elisabeth et OFF-NATHAN Josiane (dir.). La science sous influence. L'université de Strasbourg enjeu des conflits franco-allemands 1872-1945. Université Louis Pasteur et La Nuée Bleue / DNA. Strasbourg. 2005.

  • CYON, Elie de. Methodik der Physiologischen Experimente und Vivisectionen. Giessen, St. Petersburg : Carl Ricker, 1876.

  • CYON, Elie de. Atlas zur Methodik der Physiologischen Experimente und Vivisectionen. Giessen : Carl Ricker, 1876.

  • [Exposition. Strasbourg. 2000]. Objets de sciences, 55 objets à découvrir. Strasbourg : AMUSS, Association de culture et de muséographie scientifiques, 2000. 61p..

  • GIRES, Francis. L'Empire de la physique : Cabinet de physique du lycée Guez de Balzac d'Angoulême. Niort : A.S.E.I.S.T.E, 2006. 388p. ISBN 2-9523415-1-6.

  • HERAN, Jacques, MANTZ, Jean-Marie. Histoire de la médecine à Strasbourg. Strasbourg : Ed. La Nuée Bleue, 1997.

  • LANGENDORFF, Oskar. Physiologische Graphik : Ein Leitfaden der in der Physiologie gebräuchlichen Registrirmethoden. Leipzig, Wien : 1891.

  • LEGEE, Georgette. La physiologie allemande à Strasbourg 1872-1914. Ses rapports avec la physiologie française. Histoire et nature, t.28/29, 1987-1988, pp. 68-89.

  • LE MINOR, Jean-Marie, et al.. Anatomie (s) & Pathologies, les Collections Morphologiques de la Faculté de Médecine de Strasbourg. Bernardswiller : I. D. l'Édition, 2009, 214p..

  • LE MINOR, Jean-Marie. Les sciences morphologiques médicales à Strasbourg du XVe au XXe siècle : à l'occasion du 350e anniversaire de la création de la chaire d'anatomie (1652-2002). Strasbourg : Presse Universitaires de Strasbourg, 2002, 536p..

  • MAX PLANCK- INSTITUT FOR THE HISTORY OF SCIENCES. The Virtual Laboratory. [base de données en ligne] Berlin : Max Planck Institut for the History of Science, 2002 [référence du 14 janvier 2008]. Accès Internet : <URL : http : //vlp.mpiwg-berlin.mpg.de/index_html>.

  • SERVICE D'HISTOIRE DE LA MEDECINE DE LA BIUM. Catalogues et Bibliothèque Medic@. [bases de données en ligne]. Paris : Bibliothèque Interuniversitaire de Médecine, 2003 [mise à jour 05.05.2008]. Accès Internet : <URL : http : //www.bium.univ-paris5.fr/debut.htm>.

  • TIGERSTEDT, Robert. Handbuch der physiologischen Methodik. Leipzig : Hirzel, 1911.

c) Région Alsace, Service de l'inventaire du patrimoine - Université de Strasbourg, Jardin des Sciences - AMUSS - Durupt Annabelle - Rieb Jean-Pierre