Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Mires pour l'altazimut

Dossier IA67007886 réalisé en 2000

Fiche

Voir

Précision dénomination mires pour l'altazimut
Dénominations mire
Aire d'étude et canton Strasbourg
Adresse Commune : Strasbourg
Adresse : 011 rue de l' Université

Construites à la même époque que le reste des bâtiments de l'Observatoire, ces cabanes en bois étaient destinées à protéger les mires de l´altazimut des intempéries et des changements de température. Leur toiture a été refaite après la Première Guerre Mondiale. Elles sont aujourd'hui à l'abandon.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1877, daté par source, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Aepinus Franz,
Franz Aepinus

Franz Aepinus (1724-1802) est un physicien et mathématicien allemand connu pour ses recherches, théoriques et expérimentales, en électricité et magnétisme. Son principal travail, Tentamen Theoriae Electricitatis et Magnetismi, publié à Saint-Pétersbourg en 1759, fut la première tentative d'appliquer systématiquement les raisonnements mathématiques à ces sujets.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Les mires nord et sud sont situées de part et d'autre de la coupole qui à l´origine abritait l'altazimut. Elles sont alignées sur une ligne orientée nord-est sud-ouest formant un angle de 19°44´ avec l´axe nord-sud de l´instrument. Ce décalage s´explique par le fait que la coupole de la lunette de 16 cm se trouvait exactement au sud de la coupole abritant l´altazimut. Il a donc fallu installer les mires de ce dernier suivant une orientation légèrement différente afin que la mire côté sud ne soit pas masquée par la coupole de l´autre instrument. Le plan des mires est rectangulaire. Leur structure en bois repose sur des fondations en pierre de taille (grès). Leur toit à deux pans est quasiment plat. La lunette de l´altazimut étant excentrée par rapport à sa monture, chaque abri est percé deux ouvertures utilisées respectivement lorsque la lunette est placée du côté est ou du côté ouest de sa monture. L'intérieur de la mire nord est aujourd'hui vide. Il subsiste une partie du dispositif de réglage à l´intérieur de la mire sud.

Murs grès
bois
pierre de taille
Toit zinc en couverture
États conservations mauvais état, envahi par la végétation
Statut de la propriété propriété de l'Etat

Annexes

  • Les cabanes des mires

    Édifiées à la même époque que le reste des bâtiments de l'observatoire, ces cabanes en bois étaient destinées à protéger les mires des intempéries et des changements brusques de température. Aucun instrument méridien n´étant construit et positionné parfaitement, il est indispensable de connaître le mieux possible les écarts à l´instrument idéal, ou « constantes de l´instrument », afin de « réduire » les observations brutes en vue d´obtenir des mesures corrigées. Ces « constantes » sont déterminées à l´aide d´accessoires tels que niveau à enjambement, bain fixe et bain mobile de mercure, appareil pour la mesure des flexions et mires. L´astronome vise avec la lunette de l´instrument la mire éclairée située dans la cabane. Après retournement de la lunette, il renouvelle l´opération. Ces deux visées horizontales permettent notamment de déterminer l´erreur d´alignement est ouest de l´axe de rotation de la lunette.

    Les mires nord et sud du cercle méridien et de l´altazimut sont situées à 150 m de part et d'autre du bâtiment. Elles se trouvent aujourd'hui au nord dans le périmètre du jardin botanique et au sud dans le jardin de l´observatoire, le long du boulevard de la Victoire. Leur structure en bois repose sur des fondations en pierre de taille (grès). Leur toit à deux pans recouvert de zinc est quasiment plat.

    Les cabanes des mires nord et sud du cercle méridien sont situées sur l´axe nord-sud de l´instrument. De plan carré, elles possèdent chacune deux ouvertures, une du côté nord, l´autre du côté sud. Les baies s´ouvraient à distance à l´aide d´un système électrique et un assistant venait les refermer une fois les observations effectuées. Il était également possible de manoeuvrer depuis la salle méridienne le cylindre de fer qui recouvrait le dispositif de visée et d´en actionner l´éclairage. Le repère lui-même consistait en un trou de 2 mm de diamètre percé dans un disque en métal noirci et éclairé par l'arrière à l´aide d´une lampe incandescente. Ce dispositif était innovant dans la mesure où, en adoptant une ligne de référence joignant les mires nord et sud, il évitait de placer un objectif qui, posé sur un pilier extérieur entre le cercle méridien et la mire, aurait été soumis aux mêmes variations thermiques que les instruments.

    Les cabanes de l´altazimut sont de plan rectangulaire. Les mires nord et sud sont positionnées sur une ligne orientée nord-est-sud-ouest formant un angle de 19°44´ avec le plan méridien de l´instrument : il a fallu installer les mires de l´altazimut suivant une orientation particulière afin que la mire côté sud ne soit pas masquée par la coupole de la lunette de 16 cm. La direction choisie est parallèle au chemin d´accès à la grande coupole.

    Quant à la cabane de la mire de l´héliomètre, située au sud de l´instrument le long du boulevard de la Victoire, elle abritait un pilier destiné à poser une lunette auxiliaire afin de contrôler les longueurs focales et autres constantes de l'héliomètre.

(c) Région Alsace, Service de l'inventaire du patrimoine - Université de Strasbourg, Jardin des Sciences - Issenmann Delphine - Davoigneau Jean - Le Guet Tully Françoise