Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de l’entrepreneur Jean-Baptiste Matter, puis Auguste Zwickert

Dossier IA68008458 réalisé en 2016

Fiche

La rédaction de ce dossier intervient dans le cadre d'une opération d'urgence menée par Frank Schwarz et Jérôme Raimbault en septembre 2016 en raison d'un projet de démolition de l'ensemble des bâtiments de la propriété en vue de la construction d'un ensemble résidentiel. La campagne de prises de vues est assurée par Christophe Hamm. Les prises de vues du décor intérieur n'ont pas pu être réalisées.

Genre d'entrepreneur
Appellations Maison de l’entrepreneur Jean-Baptiste Matter
Parties constituantes non étudiées maison, jardin, cour, atelier de fabrication, entrepôt industriel, garage, bureau, séchoir
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Colmar - Colmar-Nord
Adresse Commune : Colmar
Adresse : 30 route de Neuf-Brisach
Cadastre : 2016 000VR01 87
Précisions

Vers 1890, un entrepreneur du bâtiment, Jean-Baptiste Matter, s’installe au 30 rue de Neuf-Brisach à Colmar. Il établit sur place sa résidence, peut-être en remaniant une construction préexistante, ainsi que les ateliers et espaces de stockage nécessaires à son activité et qui sont régulièrement augmentés. En 1892, il procède à l’installation d’une menuiserie mécanique dans la partie est de la cour équipée d’une fraiseuse, d’une scie circulaire, d’une perceuse, d’une raboteuse, d’une scie à ruban et d’une machine à aiguiser, l’ensemble étant mis en mouvement par un moteur à gaz. L’entreprise emploie alors 15 ouvriers. En 1901, une nouvelle remise est édifiée, puis en 1902, la menuiserie est pourvue d’une annexe vraisemblablement sur rue. Enfin, en 1903, la couverture de la villa patronale est refaite avec rajout d’un comble à surcroît. En 1946, la propriété est cédée par la famille Matter à Auguste Zwickert qui dirige une entreprise de construction. Elle restera le siège de cette société jusqu'à la vente de cette dernière, en 1995. Au moment de l'enquête conduite par l'Inventaire général en 2016, la villa est toujours occupée par la fille de M. Auguste Zwickert. Un projet immobilier vise à la démolition complète de la propriété et à la construction d’immeubles collectifs. Dans ce cadre, il est prévu que les décors intérieurs soient déposés et vendus.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Secondaire : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates 1892, daté par source
1901, daté par source
1902, daté par source
1903, daté par source
Auteur(s) Auteur : Matter Jean-Baptiste,
Jean-Baptiste Matter

Entrepreneur établi à Colmar (Haut-Rhin) et actif dans la première moitié du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
auteur commanditaire, attribution par source

La propriété se compose, en cœur de parcelle, de la maison prolongée au sud par un jardin et précédée au nord par une cour encadrée, à l'est et à l'ouest, de dépendances où cohabitent ateliers, espaces d'entreposage, garage et bureaux. Enfin un séchoir pour le bois doublé de garages et un garage supplémentaire sont établis en fond de parcelle, au sud.

La maison

La maison, de plan rectangulaire, semble résulter de plusieurs campagnes de construction. Comprenant un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un comble à surcroît sous un toit à longs pans avec petites demi-croupes et tuiles mécaniques, elle est édifiée en maçonnerie enduite pour les deux niveaux inférieurs et en pan-de-bois et briques apparentes pour le niveau de comble. L’élévation antérieure à sept travées d’ouvertures est animée par deux grandes lucarnes à fermes débordantes à jambettes courbes et poinçons. Les baies rectangulaires présentent, au rez-de-chaussée, des appuis saillants et des linteaux décorés de tables et de corniches moulurées. On accède aux intérieurs par une porte d’entrée à deux vantaux en chêne sculpté, percée au nord sur la cour.

La distribution intérieure est assurée par un escalier droit à retour situé au cœur de la maison, accessible depuis le vestibule d'entrée. Au rez-de-chaussée, les deux pièces qui occupent la travée orientale conservent des décors dignes d'intérêt. Occupant l'angle nord-est, un bureau est décoré de peintures. Dans son prolongement, la grande salle à manger comprend un parquet. Ses murs sont recouverts de lambris de hauteur en chêne et son plafond orné d'un décor sculpté. Les fenêtres qui l'éclairent comportent des verrières illustrées de personnages masculins et féminins polychromes (en costume de la Renaissance) et de cabochons colorés.

Les dépendances

La grande dépendance qui borde la cour à l’est abritait au rez-de-chaussée l’atelier de menuiserie et à l'étage des espaces de stockage pour le bois sous un toit en appentis. Édifié en pan-de-bois et briques apparentes, ce bâtiment de plan rectangulaire allongé est encadré par deux avant-corps en légère saillie, surmontés d’un comble à surcroît et couverts d’un toit à deux pans et tuiles mécaniques. Il comprend, aux angles sud-ouest et nord-ouest, une chaîne d’angle à tables et à refends en calcaire coquillé et flanqué au nord d’une annexe en rez-de-chaussée sous un toit en appentis. Exécutée en briques apparentes sur un haut soubassement en appareil de grès, cette annexe est percée sur rue de deux larges baies en arc segmentaire en remploi, encadrées de calcaire avec clés sculptées des attributs du constructeur (truelles, marteaux de tailleur de pierre, maillet, équerre, compas). Son élévation nord est ornée de deux chaînes d’angles irrégulières à tables et à refends en calcaire coquillé. Au sud, l’ancienne menuiserie est flanquée de bureaux en rez-de-chaussée coiffés d’un toit en appentis avec tuiles mécaniques. Ils sont édifiés en pan-de-fer et briques apparentes sur un soubassement en appareil de grès à gros joints et ajourés de baies rectangulaires encadrées de profilés métalliques.

De l'autre côté de la cour s’alignent, du nord au sud, des bureaux, un atelier, un garage et un hangar. Les bureaux en rez-de-chaussée (avec sous-sol) sous un toit en appentis couvert de tuiles mécaniques présentent une élévation sur cour en pan-de-bois composé d'éléments anciens en remploi (poteaux corniers, décharges et double entretoise). Ils sont ajourés par une baie à encadrement saillant divisée par deux meneaux. Son allège comporte trois compartiments décorés de deux losanges qui flanquent un losange courbe à ergots. Les potelets sont sculptés en bas-relief de feuilles d'acanthe accolées et un motif de cruche décore la base du poteau d'huisserie droit. Le hourdis est composé de briques apparentes. L’élévation sur rue des dépendances, en appareil irrégulier de moellons de grès, remploie également les encadrements rectangulaires en grès gris d'une baie moulurée à congés sculptés (époque Renaissance) et d'une porte piétonne. L’atelier de mécanique est coiffé d’un espace de stockage ouvert sous un toit en appentis et tuiles mécaniques. Édifié en maçonnerie enduite, il est ajouré de grandes baies rectangulaires et décoré d’un jambage à tables et à refends en calcaire coquillé. Cet atelier est flanqué au sud d’un garage surmonté d’un espace de stockage formant une grande lucarne lucarnes à ferme débordante à jambettes courbes. Édifié en pan-de-bois et brique apparente, il est prolongé au sud par un hangar sur poteaux de bois et toit en appentis avec tuiles mécaniques.

En fond de parcelle, au sud, sont établis un séchoir pour le bois doublé de garages et un garage. Le séchoir, construit en maçonnerie enduite, est de plan rectangulaire. Il comprend un rez-de-chaussée couvert d’une dalle sur voûtains qui servait de garage et un étage carré percé de baies à claires-voies pour le séchage du bois sous un toit à deux pans et tuiles mécaniques. L’élévation antérieure est percée, à l’étage, d’une baie en arc segmentaire en briques et encadrement en grès. A l’ouest est accolé un appentis en bois découpé. Le garage isolé, donnant sur la rue du Grillenbreit à l’arrière de la propriété, comporte un rez-de-chaussée et un étage de comble sous un toit en appentis et tuiles mécaniques. Il est édifié en pan-de-bois et briques apparentes pour la partie inférieure. L’étage de comble est essenté de planches découpées.

Murs grès moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
bois pan de bois
brique
calcaire
Toit tuile mécanique
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, comble à surcroît
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans croupe
appentis
États conservations menacé
Techniques sculpture
vitrail
Représentations compas, cruche, équerre, maillet, marteau, acanthe, femme, homme
Précision représentations

Une dépendance sur rue est ajourée de deux larges baies avec clés sculptées des attributs du constructeur (truelles, marteaux de tailleur de pierre, maillet, équerre, compas).

Les bureaux présentent une élévation sur cour en pan-de-bois composé d'éléments anciens en remploi avec un encadrement saillant aux potelets sculptés en bas-relief de feuilles d'acanthe accolées et un motif de cruche sur la base du poteau d'huisserie droit.

La grande salle à manger de la demeure est éclairée de fenêtres ornées de verrières illustrées de personnages masculins et féminins polychromes en costume de la Renaissance.

Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Grand Est – Inventaire général - Schwarz Frank - Raimbault Jérôme
Jérôme Raimbault

chercheur à l'Inventaire Général du Patrimoine Culturel Région Grand Est


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.