Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Lotissement du Streng

Dossier IA67015268 réalisé en 2007

Fiche

Précision dénomination aménagement urbain
Parties constituantes non étudiées maison, voie ferrée
Dénominations lotissement
Aire d'étude et canton Schiltigheim - Schiltigheim
Adresse Commune : Schiltigheim
Lieu-dit : quartier du centre ville
Adresse : 1, 5, 7, 9, 11, 13, 15, 17, 19, 23 rue des Poilus , place Claire , rue Claire , rue Paul-Doumer , rue de la Voie , rue de l' Embranchement
Cadastre : 1994:54:00

Le lotissement de la partie est du lieu-dit du Streng, est entamé au seuil du 20e siècle. Dans ce secteur, occupé dès le troisième quart du 19e siècle par des tuileries, Auguste Brion, architecte et entrepreneur strasbourgeois, lotit le terrain qu’'il possède à proximité du Strengweg (chemin vicinal et actuelle rue des Poilus).

En 1902, il fait nommer « rue Claire » (Klarastrasse) la voie qu’il y a faite percer. En 1912, la rue, qui semble inachevée, se termine en impasse. Plusieurs édifices sont construits de part et d’'autre de cette nouvelle voie (actuels No 7 à 18 et No 22, 24 et 26 rue Claire). Un certain nombre d'’entre eux présentent de grandes similitudes dans leur mise en œoeuvre (No 13 et 15 à 18, 22, 24 et 26) laissant supposer qu'’ils ont été construits par le même entrepreneur. A partir de 1913, la cession de la rue à la commune est évoquée.

A cette même période la pointe sud du lotissement (au niveau de l'actuel carrefour entre les actuelles rues des Poilus, des Malteries et de la route du Général de Gaulle) connaît un premier aménagement. A la demande des entreprises Ungemach et Fischer, une voie ferrée de raccordement y est installée (sur l'actuelle rue de l'Embranchement, alors aux confins du territoire communal), les Strengweg et Schlittweg (actuelles rue des Poilus et des Malteries) sont élargis au niveau de leur débouché sur la future route du Général de Gaulle.

Le plan d’'aménagement de la commune, dressé en 1915, y prévoit le percement de quelques voies, sans toutefois envisager un quelconque aménagement des terrains sis en bordure de ban de Strasbourg. Des édifices industriels y sont construits et un chantier de bois est implanté un peu plus à l'ouest. Au seuil de la première Guerre Mondiale, le Streng a une vocation essentiellement industrielle, ce que confirme la Bauordnung (règlement de construction) de 1921.

Toutefois, dès cette date, le processus de lotissement, à des fins résidentielles du Streng s’opère. La ville y prévoit le percement de nouvelles voies transformation du Strengweg en rue (qui prend alors le nom de rue des Poilus), achèvement de la rue Claire, percement d’une nouvelle voie débouchant sur le ban de Strasbourg (actuelle rue de la Voie). Ce projet est soumis à l’'enquête publique et, après quelques modifications mineures, est adopté.

Ces aménagements, tout comme la délimitation d’îlots dessinés par le tracé de ces futures voies permet la poursuite du lotissement du Streng qui se fera alors en trois temps.

En 1929 une opération, à cheval sur les bans de Schiltigheim et de Strasbourg (la rue de l'’Embranchement est alors sur le territoire de cette commune) est engagée à l'’instigation de l'’entrepreneur Georges Luttmann qui y construit 28 maisons (No 1, 3, 5, 7, 9, 11 et 13 rue des Poilus, No 6, 8 10, 12, 14, 16, 18 et 20 rue de l’'Embranchement et toute la rue de la Voie). Il ouvre la rue de la Voie. La place Claire est aménagée la même année.

En 1930, Charles Braun, architecte à Strasbourg, entame des démarches pour le compte l’'entreprise strasbourgeoise Hirschfeld frères afin de faire lotir leur terrain au sud de la rue Claire et qui servait jusqu'’alors de chantier de bois (îlot No 32). L’'opération prévoit l’'aménagement de 22 lots répartis de part et d’'autre d’'une rue (non prévue dans le plan d’'aménagement de la zone de 1921) et d’'une impasse (qui ne sera jamais réalisée). La rue Paul Doumer est percée, lotie et intégrée à la voirie communale en 1932.

En 1935, enfin, l’'entrepreneur André Walzer engage le lotissement de la partie nord du Streng, de part et d’'autre de la rue des Poilus. Il divise ce lot en 10 parcelles qu’il construit entre 1935 et 1936. En 1936, le Streng, ancienne zone industrielle, est devenue un lotissement résidentiel. Seul souvenir de l’'activité première qui s’y tenait, la voie ferrée qui restera utilisée jusqu'à la fin du 20e siècle.

Période(s) Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Brion Auguste, architecte, entrepreneur,
Auteur : Luttmann Georges, entrepreneur,
Auteur : Braun Charles, entrepreneur,
Auteur : Walzer Charles, entrepreneur,
Étages en rez-de-chaussée, 1 étage carré, 2 étages carrés

Situé à l’extrémité sud du ban de Schilitgheim, le Streng est inséré entre la voie ferrée, le ban de Strasbourg et la rue des Poilus. La cohésion assurée par ces barrières de croissance est confortée par l’unité typologique du bâti maisons mono ou plurifamiliales, tissu urbain ouvert, présence de jardins et de végétation dans les parties communes (place Claire). Si la date et le traitement des édifices garantissent une certaine diversité architecturale (les maisons du côté nord de la rue Paul Doumer notamment se singularisent par un aspect plus bourgeois), l’ensemble présente une grande cohérence.

(c) Inventaire général - Pottecher Marie