Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Lotissement du Streng (2)

Dossier IA67015430 réalisé en 2007

Fiche

Précision dénomination aménagement urbain
Dénominations lotissement
Aire d'étude et canton Schiltigheim - Schiltigheim
Adresse Commune : Schiltigheim
Lieu-dit : quartier de Schiltigheim Ouest
Adresse : rue de Marlenheim , rue de Wasselonne , rue de Molsheim , rue de Mutzig , rue de Schirmeck , 6, 8, 10, 12 rue de Cronenbourg
Cadastre : 1994:52:00

A la fin du 19e siècle, le terrain compris entre la voie ferrée de Strasbourg à Lauterbourg (1876), et les chemins ruraux du Strengweg (actuelle rue des Poilus) et du Hengstweg (dont l’actuelle rue de Marlenheim constitue le tronçon subsistant) est occupé, pour partie au moins, par la tuilerie Philipp Wernet. Il constituait, avec le terrain sis de l'autre côté de la voie ferrée, le lieu-dit du Streng. Son urbanisation est engagée au début du 20e siècle dès 1905, les futures rues de Cronenbourg, Schirmeck, Molsheim et de Wasselonne sont nommées et leur tracé est arrêté. Le lotissement du terrain est engagé l’année suivante. En mai 1906 l’ « entreprise de tuilerie de Schiltigheim » (Aktion Gesellschaft Schiltigheim Zwiegelwerk, ancienne tuilerie Philipp Wernet) engage une demande auprès de la mairie pour aménager les rues de Wasselonne et un premier tronçon de la rue de Mutzig. Un mois plus tard, la même entreprise, ainsi que les Hospices civils de Strasbourg et un particulier, résidant à Strasbourg dans le faubourg du Neudorf, envisagent de lotir la partie sud du terrain en y perçant la rue de Molsheim. En 1908, la rue de Wasselonne est ouverte à la circulation et en 1912 les terrains sont presque entièrement construits. Toutefois, rapidement, certains propriétaires des terrains se désengagent de l'aménagement des voies (en 1907 plainte des habitants des rues de Marlenheim et de Schirmeck auprès du Conseil Municipal relative au mauvais état de la rue), nécessitant une intervention accrue de la municipalité dans les années 1910 et 1920. Les rues sont intégrées dans la voirie municipale en 1933.

Période(s) Principale : 1ère moitié 20e siècle

Lotissement enserré entre la voie ferrée de Strasbourg à Lauterbourg (à l'est), la rue de Marlenheim (à l'ouest) et la route de Hausbergen (au nord), desservi par un réseau de rues orthogonal. La morphologie du lotissement reprend le parcellaire rural. Le parcellaire, dans l'ensemble de taille plutôt modeste, se répartit des deux côtés des voies. Les constructions sont en avant de parcelle, le plus souvent sans retrait par rapport à la voie. Les espaces libres sont rejetés à l'arrière. Le lotissement présente une certaine diversité dans la nature du bâti maisons avec dépendances en pan de bois témoignant de la persistance d'activité artisanales ou agricoles (10, 22 rue de Wasselonne, 3 rue de Marlenheim, 5, 7, 9, rue de Molsheim), maisons de ville et immeubles de rapport.

Le lotissement présente un tissu urbain ouvert. En dépit des fréquentes ruptures de gabarit, liées à la diversité typologique du bâti, plusieurs alignements de gabarit sont observés conférant à l'ensemble une certaine harmonie côté pair de la rue de Wasselonne (n° 6 à 16) ; rue de Mutzig (section entre la rue de Wasselonne et la rue de Molsheim), rue de Molsheim. Cette unité est confortée par la relative homogénéité historique de l'ensemble, datant pour l'essentiel des trois premières décennies du 20e siècle. Seules quelques constructions récentes sont observées. En revanche, plusieurs dépendances ont été transformées en habitations. Deux fonds de perspective ont été observés rue de Mutzig vue sur l'église moderne Notre-Dame ; rue de Molsheim vue sur la maison No 5 rue de Schirmeck.

(c) Inventaire général - Pottecher Marie