Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Lotissement de la rue du Parc

Dossier IA67015069 réalisé en 2007

Fiche

Précision dénomination aménagement urbain
Dénominations lotissement
Aire d'étude et canton Schiltigheim - Schiltigheim
Adresse Commune : Schiltigheim
Lieu-dit : quartier du centre ville
Adresse : 1 à 10 rue du Parc , 19 rue des Chasseurs , 66 route de Bischwiller
Cadastre : 1990 15 50, 51, 54, 55 ; 1994 57, 60, 61, 64, 65, 67, 68

En 1903, Karl Heywang, entrepreneur de menuiserie à Strasbourg, entame des démarches pour faire lotir le terrain qu'il vient d'acquérir à Schiltigheim et qui semble alors vierge de construction. En 1904 la rue qui vient d'être percée prend le nom de rue du Parc (Parkstrasse). Plusieurs lots sont vendus dès 1903. Les immeubles semblent avoir été construits très rapidement, vraisemblablement en 1904 et 1905 (dates portées sur les édifices sis au No 4, 5 et 7 de la rue). Sur le cadastre levé en 1912, la rue est entièrement lotie. En 1906, des démarches sont engagées pour la cession de la rue à la commune. Celles-ci n’aboutissent pas avant 1930, date jusqu’à laquelle la question est fréquemment soulevée en conseil municipal.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1903, daté par source
1904, porte la date
1905, porte la date
Auteur(s) Auteur : Heywang Karl, entrepreneur,

Le lotissement s'étend sur une bande de terrain comprise entre la route de Bischwiller et la rue des Chasseurs. Sur son côté nord, le lotissement est longé par un sentier de traverse. Il est traversé par une rue de desserte. Les immeubles qui s'y élèvent sont presque tous mitoyens constituant ainsi un tissu urbain fermé. Ils présentent une grande homogénéité de gabarit (rez-de-chaussée surélevé, deux ou trois étages carrés) et sont tous implantés en bordure de la voie, rejetant les espaces libres en fond de parcelle.

Étages 2 étages carrés, 3 étages carrés

Compte tenu de la rapiditié de son lotissement, la rue du Parc présente aujourd'hui une grande unité historique et stylistique, malgré une certaine diversité typologique des édifices (édifices ""bourgeois"" et immeubles plus modestes). En ce sens, il constitue un exemple intéressant du phénomène d'urbanisation rapide de la commune à partir du début du siècle.

(c) Inventaire général - Pottecher Marie