Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Logement d'ouvriers de l'usine d'impression sur étoffes Ch. Steiner

Dossier IA68009500 réalisé en 2018

Fiche

L'étude de ce logement d'ouvriers intervient dans le cadre d'une opération ponctuelle menée par Frank Schwarz au printemps 2018. Celle-ci est liée au projet de cession des collections patrimoniales de l'entreprise textile Manufacture d'Impression sur Étoffes qui a fait édifier ce bâtiment. Elle s'inscrit en outre dans une enquête thématique visant à interroger la transformation du paysage des vallées vosgiennes du Haut-Rhin sous l’effet de l’industrialisation. La prise de vue est réalisée par Christophe Hamm.

Précision dénomination de l'usine d'impression sur étoffes Ch. Steiner
Parties constituantes non étudiées jardin
Dénominations logement d'ouvriers
Aire d'étude et canton aire d'étude du département 68 - Ribeauvillé
Adresse Commune : Ribeauvillé
Lieu-dit : Schuerbuehl
Adresse : 13 rue de Sainte-Marie-aux-Mines

Implantation originelle

Ce logement d’ouvriers est établi à l’ouest de la ville de Ribeauvillé, au lieu-dit Schürrbuhl, au débouché d’un étroit vallon encaissé entre deux versants densément boisés. Implanté en bordure de la route menant de Ribeauvillé à Sainte-Marie-aux-Mines, il se déploie sur une ancienne emprise manufacturière et occupe, dans sa partie ouest, un terrain laissé vacant par la démolition d’un bâtiment de production. Il voisine à l’ouest avec le tissage Steiner et au sud avec le tissage Saint-Morand, qui dépendent des Ets Ch. Steiner (étudié, IA68007123).

Développement du site

En 1839, Charles Émile Steiner installe ses ateliers de teinture en rouge d’Andrinople à Ribeauvillé, sur le site dit de la Calandre, à l’endroit où les Ets Steffan, Haussmann & Cie ont fondé une teinturerie en 1783. En 1860, il se porte acquéreur de l’usine textile établie en aval de sa manufacture et fondée, en 1824, par les Ets Schmid et Salzmann. Lors des combats de libération en décembre 1944, l’atelier de tissage originel de cet établissement, établi perpendiculairement à la route de Sainte-Marie-aux-Mines, est fortement endommagé puis démoli. Dans le prolongement du terrain ainsi libéré, la famille Schlumberger, qui dirige désormais les Ets Ch. Steiner, décide de la construction d’un immeuble collectif pour loger des membres de son personnel. Les plans en sont dressés en 1952.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1952, daté par source

De plan rectangulaire allongé, ce logement d’ouvriers comporte un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé, deux étages carrés et un étage de comble sous un toit à longs pans avec croupes et tuiles mécaniques. Il est bâti en maçonnerie enduite sur un soubassement en moellons de grès. L’élévation antérieure est conçue selon un parti de symétrie avec alternance de creux (travée centrale) et de débords (balcons) qui anime la façade. Elle compte neuf travées de baies rectangulaires avec appuis saillants en pierre artificielle. La porte d’entrée occupe la travée axiale. Ornée de carreaux de faïence vernissés sur son encadrement, elle est surmontée d’une baie vitrée toute hauteur avec encadrement en pierre artificielle, qui ajoure la cage d’escalier. Les six appartements d’origine comportent chacun une entrée, un séjour, une cuisine, trois chambres à coucher, une salle de bains et un WC séparé ainsi que deux balcons avec garde-corps en fer forgé. Deux appartements supplémentaires ont été aménagés par la suite dans les combles.

Un bref jardinet ceint d'un mur bahut sépare le bâtiment de la rue.

Murs grès
maçonnerie enduit
Toit tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans croupe
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
(c) Région Grand Est – Inventaire général - Schwarz Frank