Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Jardin de "l'enclos Schlumberger"

Dossier IA68001419 réalisé en 2008

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • belvédère
    • bassin
    • rocher artificiel
    • pavillon de jardin
Parties constituantes non étudiées belvédère, bassin, rocher artificiel, pavillon de jardin
Dénominations parc
Aire d'étude et canton Guebwiller
Adresse Adresse : 163 rue de la République
Cadastre : 1826 G 970 à 979 ; 2000 01 194

Dès les années 1810, Nicolas Schlumberger, industriel de Mulhouse, s’installe à Guebwiller après y avoir fondé sa propre entreprise. Il acquiert une ancienne propriété du Marquis de Rosen de Bollwiller, qui était devenu entre-temps une brasserie tombée en faillite, une propriété agricole et un vignoble. Il fonde ainsi le domaine des vins Schlumberger. Dès son emménagement, il se passionne pour son jardin qu’il fait entretenir par de nombreux jardiniers. En 1831, il fait intervenir les pépiniéristes Baumann établis à Bolwiller depuis le 18e siècle et très réputés en Alsace et Outre-Rhin pour leurs compositions paysagères. L’enclos Schlumberger est une institution familiale qui inspire du respect à toute la famille. Cela explique qu’à la mort de Nicolas Schlumberger, sa veuve Lise Schlumberger continue son œuvre grâce à l’aide de son fils Jean qui s’est lui-même installé dans une maison au fond du jardin. Jean est réputé pour un être un naturaliste d’où son implication dans le jardin. Dès 1867 on note sur le cadastre la construction d’une orangerie, d’un belvédère, d’une glacière d’une écurie et d’un logement pour le jardinier. Le fils de Jean, Ernest, s’installe sur le domaine, reprend l’entreprise familiale et développe les vignes. L’inventaire des espèces en 1908 montre déjà la présence d’un chêne chevelu vieux pratiquement d’un siècle. Les Schlumberger au 20e siècle vont entretenir l’héritage de leurs aïeuls en prenant soin du jardin. Quelques arbres sont plantés à la naissance des différents enfants. La serre et l’orangerie sont détruites. Dans les années 2000, le bâtiment est rasé : la nouvelle construction reprend les caractéristiques principales de l’ancienne maison dite « château Schlumberger ».

Période(s) Principale : 19e siècle
Dates 1810, datation par travaux historiques
1831
1867
Auteur(s) Auteur : Baumann, pépiniériste, attribué par source
Personnalité : Rosen, marquis de, personnage célèbre
Personnalité : Schlumberger Nicolas, commanditaire
Personnalité : Schlumberge Jean, habitant célèbre

Le jardin de la famille Schlumberger, dit « Enclos Schlumberger » n’est plus aussi arboré qu’il ne l’a été mais des éléments de la composition semble être identiques à ceux de la fin du 19e siècle. La propriété est entourée de murs dont un pan est constitué par l’ancien rempart de la ville. L’élément le plus remarquable se trouve à l’Ouest : il s’agit du belvédère construit en 1867. Dans l’axe du portail principal de la rue de la République, cette construction s’élève au fond du jardin. Le belvédère est composé d’un bloc de terre en forme de colline surmontée d’un socle de ciment et de brique : une rampe hélicoïdale permet l’accès au sommet où se trouvait auparavant une petite structure, peut-être un observatoire astronomique, dont il reste les bases en pierre de taille. Ce belvédère est appuyé contre l’ancien rempart : un sophora pendula planté au sommet descend le long de la ruine créant une atmosphère très pittoresque. Des cèdres du Liban soigneusement disposés autour et sur le belvédère permettent de donner de l’ombrage. Au Sud de cette structure se trouve un arbre remarquable, déjà inventorié en 1908 par le Mitteilungen der Deutschen Dendologischen Gesellschaft : un ginkgo biloba à port retombant. A quelques pas du belvédère, plus au Nord, se trouvent les restes d’un bassin en rocaille qui laisse supposer un réseau hydraulique. La partie arborée du jardin se situe au Sud-Est. Une grande prairie qui se dévoile en entrant par le portail principal est plantée d’arbre en plus ou moins bon état : un très beau chêne de Kabylie (Quercus afares) répertorié comme chêne chevelu en 1908, d’environ 200 ans, occupe une très grande partie de l’espace. D’autres arbres ornent la propriété : tulipier de Virginie (Liriodendron tulipifera), marronnier (Aesculus hippocastanum) ou encore un épicéa d’Orient (Picea orientalis). Le jardin est actuellement en travaux de rénovation.

Plans jardin irrégulier
Élévations extérieures jardin de niveau
Jardins arbre isolé, pelouse, bosquet

Fermé au public

Statut de la propriété propriété privée
(c) Inventaire général - Beaudéan Colette