Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Instrument de mesure des angles de polarisation (polarimètre Laurent ou polarimètre saccharimètre à pénombres)

Dossier IM67017554 réalisé en 2006

Fiche

Voir

Dénominations instrument de mesure des angles de polarisation
Aire d'étude et canton Strasbourg
Adresse Commune : Strasbourg
Adresse : 11 rue de l' Université

Léon Laurent, ingénieur-opticien français. Neveu de Henri Soleil, il lui succède en 1872 à la tête de la Maison d'instrumentation optique Soleil. Il développe la société grâce à deux produits phares : le polarimètre et le saccharimètre. Il vendit la société en 1892 à Amédée Jobin. Principe : Un polarimètre sert à mesurer le pouvoir rotatoire de la lumière polarisée, propre à certaines substances (sucres, huiles essentielles, alcaloïdes, etc.). Sur le polarimètre vide, on croise les 2 nicols (vernier du disque gradué sur 0), ce qui provoque l´extinction de la lumière dans l´oculaire en arrière de l´analyseur. La substance à étudier, contenue en solution dans une éprouvette, est ensuite placée entre polariseur et analyseur : la lumière réapparaît dans l´oculaire. On tourne l´analyseur jusqu´à nouvelle extinction de la lumière : l´angle de rotation de la lumière polarisée lu sur le disque gradué (avec une précision de 2 minutes d´angle) est caractéristique de la substance. Il dépend en plus de la longueur d´onde de la lumière (d´où la présence d´un filtre au bichromate) et de l´épaisseur de la substance traversée (l´éprouvette a une longueur connue). Cependant, le polarimètre simple est peu précis, car l´extinction totale de la lumière est difficilement repérable. Une modification due à Laurent a rendu l´appareil nettement plus sensible. Entre le polariseur et l´éprouvette est interposée une lame de quartz (lame demi-onde) recouvrant la moitié du champ, et qui dévie très faiblement (1 à 2 degrés) le plan de polarisation de la moitié du faisceau lumineux. On cherche à placer (à l´aide du petit axe de réglage du bloc optique arrière) l´analyseur perpendiculairement à la bissectrice de cet angle, de manière que les deux parties du champ soient éclairées également : la ligne de séparation des deux plages observées dans l´oculaire disparaît alors, ce qui peut être déterminé avec précision.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Lieu de provenance Édifice ou site : Alsace, Bas-Rhin, Strasbourg, Faculté de médecine, Institut de physiologie
Lieu d'exécution Édifice ou site : France, Ile-de-France, 75, Paris
Auteur(s) Auteur : Ivan Werlein, fabricant

Un socle tripode à colonne porte horizontalement un long tube porte-éprouvette peint en noir. Ce dernier s´ouvre en haut par un couvercle à 4 charnières. A l´avant se trouve un bloc optique à monture en laiton, avec un filtre frontal orangé au bichromate et contenant un premier prisme de Nicol ou « polariseur ». A l´arrière est fixé un disque denté sur la moitié de sa circonférence, portant sur un cercle périphérique argenté 2 secteurs gradués. Derrière ce disque peut tourner axialement un deuxième bloc optique à monture en laiton, terminé par un oculaire et contenant un deuxième prisme de Nicol ou « analyseur ». Un petit axe de réglage à vis sans fin permet de tourner le nicol dans le bloc optique pour parfaire l´extinction de la lumière polarisée en position 0. La rotation de ce bloc optique est obtenue en agissant sur le bouton moleté porté par un bras radial, dont le pignon roule sur le disque denté. Une alidade, perpendiculaire au bras précédent, porte un double vernier muni d´une loupe permettant la lecture fine sur les 2 secteurs gradués du disque. L´appareil possède une éprouvette à monture en laiton nickelé contenant un tube étroit en verre. Ce dernier est obturé à chaque extrémité par un disque en verre maintenu par une douille à emboitement.

Catégories optique
Matériaux fonte de fer
laiton
verre
métal, nickelé
cire
Précision dimensions

h = 46 ; la = 80 ; pr = 24. Eprouvette : la = 11,5 d = 4,2. Diamètre du disque gradué : 20.

Inscriptions & marques numéro d'inventaire, manuscrit, sur l'oeuvre
graduations, gravé, sur l'oeuvre
inscription concernant le fabricant, gravé, sur l'oeuvre
inscription concernant le lieu d'exécution, gravé, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Ancien numéro d´inventaire, manuscrit en blanc : 281 ; numéro de l´inventaire Charles Marx, manuscrit au feutre noir : PKM3 ; graduations, gravées sur le disque : échelle externe sur 200°, graduée en demi degrés de 0 à 100 dans les 2 sens, chiffrée de 10 en 10 de 0 à 90 ; graduations, gravées sur le disque : échelle interne, graduée en centièmes saccharimétriques, de 0 à 200 vers la gauche et de 0 à 400 vers la droite, graduée à l´unité, chiffrée de 20 en 20. Le 0 de l´échelle interne correspond à la division 14 de gauche de l´échelle externe ; graduations, gravées sur le vernier externe : échelle de 0 à 30 minutes d´angles dans les 2 sens, graduée de 2 en 2 minutes, chiffrée de 10 en 10 ; graduations, gravées sur le vernier interne : échelle de 0 à 10/10e dans les 2 sens ; inscription concernant le fabricant et le lieu d´exécution, gravée sur le bras radial à bouton moleté : Ivan Werlein Constructeur Paris.

États conservations manque
Précision état de conservation

Il manque le bouton de réglage du deuxième nicol et le miroir d´éclairage de la loupe.

Acquis par l´AMUSS en 1987.

Statut de la propriété propriété d'une association

Références documentaires

Bibliographie
  • EDITIONS QUILLET. Dictionnaire encyclopédique Quillet. Paris : A. Quillet, 1970.

    p. 5324
  • PELLIN, Ph.. Instruments D'Optique Et de Précision / Polarimétrie, Saccharimétrie, Colorimétrie, VIIIe Fascicule. Paris.

    pp. 6-8
c) Région Alsace, Service de l'inventaire du patrimoine - Université de Strasbourg, Jardin des Sciences - AMUSS - Durupt Annabelle - Rieb Jean-Pierre