Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Instrument de démonstration en électrostatique : cylindre isolé d'Aepinus (?)

Dossier IM67045645 réalisé en 2009

Fiche

  • Vue d'ensemble
    Vue d'ensemble
  • Impression
Dénominations instrument de démonstration en électrostatique
Aire d'étude et canton Strasbourg
Adresse Commune : Strasbourg

Le cylindre isolé d'Aepinus permet de montrer que lorsqu'un corps électrisé est placé à proximité d'un corps conducteur neutre, il attire vers lui l'électricité contraire à celle dont il est chargé et repousse l'autre à l'extrémité opposée. Il tire son nom de l'astronome et mathématicien berlinois Franz Aepinus, auteur en 1759 de Tentamen theoriae electricitatis et magnetismi. La collection d’instruments scientifiques de l’université d’Urbino (Italie) présente un modèle comportant des pendules électriques (constituées d’une bille en matériau léger suspendue par un fil fin) directement sur le cylindre ou portées par une tige métallique, qui permettent de détecter l’existence et le signe de la charge électrique d’un corps. Le lycée Carnot de Dijon conserve également deux conducteurs cylindriques munis de pendules et précise que ce type de conducteur à doubles pendules était utilisé pour des expériences sur l’électricité statique, notamment les expériences d’Aepinus sur les phénomènes d’influence. Il conserve par ailleurs un ensemble de trois conducteurs cylindriques isolés et cinq sphères conductrices isolées, dont un cylindre similaire à celui conservé à Strasbourg, datés de la limite entre 19e et 20e siècle. L’instrument conservé figure sous le numéro F165 dans le catalogue des instruments de l’Institut de Physique visé en 1952, au sein d’un ensemble d’instruments comprenant « 2 boules et 2 cylindres conducteurs ».

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , (?)
Auteur(s) Auteur : Aepinus Franz,
Franz Aepinus

Franz Aepinus (1724-1802) est un physicien et mathématicien allemand connu pour ses recherches, théoriques et expérimentales, en électricité et magnétisme. Son principal travail, Tentamen Theoriae Electricitatis et Magnetismi, publié à Saint-Pétersbourg en 1759, fut la première tentative d'appliquer systématiquement les raisonnements mathématiques à ces sujets.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
inventeur

L’instrument se présente sous la forme d’un cylindre en laiton creux à bouts arrondis, monté sur un pied en verre, imbriqué dans un embout en laiton, fixé sur un socle en bois. Le cylindre présente un orifice latéral à l’une de ces extrémités et un orifice sommital sur chacune d’entre elles. Ces orifices pouvaient accueillir des tiges métalliques portant des pendules, qui permettaient d’observer les effets de l’électricité statique.

Catégories électrostatique
Matériaux laiton
verre
bois
Mesures l : 45.0 cm
la : 16.0 cm
h : 40.0 cm
Précision dimensions

cylindre :

l = 45, d = 5

Inscriptions & marques numéro d'inventaire, gravé, sur l'oeuvre
inscription, imprimé, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Numéros d’inventaire : C.8 (partiellement recouvert de peinture blanche et gratté), F165 (à la peinture blanche)

Autre inscription : -y : ln : U : --fa- Nro (partiellement effacée)

États conservations bon état
Statut de la propriété propriété d'un établissement public de l'Etat
(c) Inventaire général - Issenmann Delphine - Urié Pauline - Goupille Nathalie