Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Imprimerie Istra

Dossier IA67016300 réalisé en 2009

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • conciergerie
    • entrepôt industriel
    • logement patronal
    • immeuble de bureaux
    • transformateur
    • jardin

Œuvres contenues

Précision dénomination site industriel
Parties constituantes non étudiées conciergerie, entrepôt industriel, logement patronal, immeuble de bureaux, transformateur, jardin
Dénominations imprimerie, usine d'impression sur papier
Aire d'étude et canton Schiltigheim - Schiltigheim
Adresse Commune : Schiltigheim
Lieu-dit : quartier de Schiltigheim Ouest
Adresse : 2 avenue de la Deuxième-Division-Blindée , 155, 157 route du Général-de-Gaulle
Cadastre : 1994:45:00

L'imprimerie Istra (Imprimerie strasbourgeoise) a été fondée à Strasbourg en 1676 par l'imprimeur Frédéric Guillaume Schmuck rue des Juifs où le siège social est resté jusque dans les années 1980. La nouvelle usine est implantée à Schiltigheim depuis 1957, sur le site des Tuileries strasbourgeoises, en dernier lieu les Tuileries réunies du Bas-Rhin. En mars 1957, un premier bâtiment de 1500 m2 à pignon sur rue donnant sur l'avenue de la Deuxième-Division-Blindée a été construit par l'architecte strasbourgeois François Herrenschmidt. Le pavillon du concierge et la guérite d'entrée lui sont contemporains, ainsi que la maison de l'ancien directeur et propriétaire de l'imprimerie. Les bâtiments industriels se sont multipliés dans les années 1960 à 1980 au fur et à mesure du développement de l'activité industrielle, qui comptait 800 personnes dans les années 1970, contre 60 aujourd'hui. Les locaux utiles de l'usine occupent une surface 28 000 m2, dont 1/6e est occupé actuellement. L'entreprise a connu une dizaine de restructurations au cours du 20e siècle, dont quatre durant les quinze dernières années. Jusqu'en 2005, ISTRA IN faisait partie du groupe Imprimerie Nationale (IN) avant d'être revendue par l'Etat français au groupe Opale-Partenaire. L'imprimerie actuelle s'est spécialisée dans l'impression des catalogues en quadrichromie. Elle avait autrefois une production variée des affiches, des chromolithographies, des imprimés administratifs et des étiquettes de bouteilles pour les industriels locaux. La cessation d'activité est prévue en 2010.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Dates 1957, daté par source
Auteur(s) Auteur : Herrenschmidt François, architecte, attribution par source
Personnalité : Nied Henri, commanditaire

Complexe industriel de huit bâtiments, cinq contigus et deux isolés construit sur une parcelle traversante de 4 hectares ; l'un des bâtiments est relié par un passage couvert haut aux corps de bâtiments centraux. Trois bâtiments en béton enduit, de plan régulier, avec toit à deux pans, percé de baies carrées ou rectangulaires. Le plus ancien possède des ouvertures carrées en briques de verre. A l'arrière de ce dernier se trouve une cheminée de plan rectangulaire en briques. La photo de 1957 révèle que ce bâtiment primitif à plan en ""L"" a été surélevé. La cheminée est d'origine. Trois bâtiments contemporains en béton et tôle nervurée, couverts de toits à shed ou à deux pans relient les bâtiments anciens aux bâtiments contemporains. Le plus haut d'entre eux, à pignon en retrait sur rue, possède quatre étages carrés, à shed en façade. Deux autres bâtiments contemporains en béton et tôle, construits au nord-est, à pignon donnant sur la route du Général-de-Gaulle. Celui relié par une galerie couverte haute reposant sur des piliers en béton armé abrite un incinérateur. Un transformateur électrique en maçonnerie enduite jouxte le pavillon du concierge, à l'entrée de l'usine. Le pavillon du concierge est en béton à deux étages carrés plus étage de comble ; il est couvert d'un toit débordant à un pan. Sa façade principale est tournée vers la cour de l'usine ; les étages sont percés de petites ouvertures carrées. Une horloge d'édifice est accrochée sous les rebords du toit. Un petit jardin clos d'une haie verte entoure le pavillon. A l'arrière de ce dernier un jardin arboré avec pelouse, longe l'avenue.

Murs béton
métal
enduit
Toit ciment amiante en couverture, tôle nervurée
Plans plan centré
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 4 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à deux pans
shed
Énergies énergie électrique
Jardins groupe d'arbres, plate-bande

Complexe industriel avec conciergerie et son jardin, maison d'industriel et son jardin, et jardin industriel sur rue en plus des bâtiments industriels.

(c) Inventaire général - Paillard Elisabeth
Elisabeth Paillard (1966 - )

Chercheur à l'Inventaire Général du Patrimoine culturel, Région Alsace, puis Région Grand Est, site de Strasbourg depuis 2004.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.