Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

immeuble commercial et d'habitation, 28 avenue de la Forêt-Noire

Dossier IA67077886 réalisé en 2013

Fiche

Dénominations immeuble à logements, restaurant, immeuble de bureaux
Aire d'étude et canton Neustadt de Strasbourg - Strasbourg
Adresse Commune : Strasbourg
Adresse : 28 avenue de la Forêt-Noire

Cet immeuble commercial et d'habitation a été construit en 1897 par les entrepreneurs associés Kirchenbauer & Waltz d'après les plans de l'architecte strasbourgeois Emil Wetzke pour Josef Brandner, représentant de commerce. Le restaurant originel figure sur les plans de masse du rez-de-chaussée et de l'entresol à l'angle de l'immeuble. L'agence commerciale du commanditaire Josef Brandner était située 9 rue des Frères en 1900. La même année, Th. Pitorff tenait le restaurant "Zur Flora" selon l'annuaire de Strasbourg. La plupart des restaurateurs ont été très souvent les commanditaires des immeubles où ils avaient à la fois leur restaurant et leur domicile, ce qui n'est pas le cas ici. La présence d'un appartement dans l'entresol, contigu au "local à vins" laisse présager que les restaurateurs successifs ont habité sur place au-dessus du restaurant.

Le restaurant Flora du 28 avenue de la Forêt-Noire, implanté sur un grand axe de passage dans un immeuble d'angle sur deux niveaux, disparut en 1930, ce qui est rare dans la Neustadt, la plupart des restaurants attestés en 1900 ayant perduré jusqu"à nos jours aux mêmes emplacements.

L'établissement était réputé pour ses bières et vins, puisque la brasserie Gruber & Cie ainsi que le grossiste en bières bavaroises, vins et champagnes Nicolaus Weber firent apposer leurs enseignes tous deux en 1908 sur la devanture du restaurant alors tenu par Max Dick. En 1919, une veuve du nom de Barbe Arbeit reprit l'exploitation du restaurant Flora.

En 1930, une station d'essence vit le jour devant l'immeuble avec deux pompes distributrices pour le compte de l'Union française des produits du pétrole, basée 6 rue du Port-du-Rhin. Cette raison sociale fit transformer également l'ancien restaurant en station de lavage et de graissage automobile avec l'enseigne publicitaire "Pétrolest Dragoline" et fit aménager des bureaux dans l'entresol, après avoir obtenu l'accord du nouveau propriétaire de l'immeuble, la compagnie d'assurances Alsatia (attestée en 1938). En 1945, la Société des Pétroles de l'Est "Petrolest" maintint l'activité, sous l'enseigne de "station Total relais Saint-Maurice" en 1964. La station-service disparut en 1972. En 1981, le magasin de machines de bureaux Joseph Jahn successeur s'installa au rez-de-chaussée. A cette date, la compagnie d'assurances Rhin & Moselle, propriétaire de l'immeuble à la suite d'Alsatia, ouvrit une agence sous son nom en 1992. Faisant désormais partie du groupe Allianz, c'est cette enseigne qui occupe aujourd'hui la quasi-totalité du rez-de-chaussée, une société de déménagement occupant le magasin jouxtant la porte d'entrée principale du 28.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , porte la date
Dates 1897, porte la date
Auteur(s) Auteur : , architecte, attribution par source

Cet immeuble commercial et d'habitation de style néo-Renaissance éclectique est situé à l'angle de l'avenue de la Forêt-Noire et de la rue Wimpheling, sur l'axe de circulation ouest-est de la Neustadt. Il a été construit sur rue et comprenait initialement une cour arrière, densifiée par la suite par des constructions à posteriori.

Il comprend un niveau de soubassement en grès à bossages en talle englobant le rez-de-chaussée et l'entresol, et trois étages carrés maçonnés de briques. Le toit est versants brisés en ardoise et abrite un étage de comble éclairé par des lucarnes. Le plan en V est régulier et symétrique, avec cinq travées ordonnancées de part et d'autre d'un pan coupé, mis en valeur par trois balcons superposés, reliés les uns aux autres par des pilastres. A l'entresol, le pan coupé présente l'aspect d'un faux-oriel avec consoles d'appui. L'agrafe centrale du cintre de la baie est sculptée d'un phylactère avec le millésime A. D. 1897, tandis que les initiales du commanditaire J. B. pour Josef Brandner, figurent sur le cartouche médian de l'entablement du balcon du premier étage. Les travées latérales des deux façades sont légèrement saillantes, rythmées verticalement par des baies maçonnées jointives, la présence d'un balcon ou pas et par des formes différentes d'un étage à l'autre.

Une grande variété de balcons est présente sur les façades : droits ou galbés, avec garde-corps en grès à balustres, ou en fer forgé à motif central solaire au 2e étage. Les baies des deux premiers étages sont rectangulaires, géminées ou non, tandis que les baies du dernier étage sont toutes cintrées, de manière à rappeler le cintre des baies de l'entresol. Au niveau du comble, des logettes à deux pans avec petites baies rectangulaires habillent mes frontons des travées latérales. Le pan coupé est surmonté d'un clocheton à baie cintrée, à toit bombé en zinc. Le vestibule d'entrée présente un décor modeste, sans verrières d'origine dans la cage d'escalier.

Murs grès pierre de taille
brique maçonnerie
Toit ardoise
Plans plan centré
Étages rez-de-chaussée, entresol, 3 étages carrés, étage de comble
Couvrements
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures

Références documentaires

Documents d'archives
  • Dossier de la police du bâtiment du 28 avenue de la Forêt-Noire (1896-1993)

    Archives municipales, police du bâtiment, Strasbourg : 807W65
Bibliographie
  • HAMM, Patrick. HAMM, Bénédicte. Strasbourg en cartes postales. Commerces, restaurants, winstubs. Schiltigheim, 1992, 134 p.

© Inventaire général - Paillard Elisabeth
Elisabeth Paillard (1966 - )

Chercheur à l'Inventaire Général du Patrimoine culturel, Région Alsace, puis Région Grand Est, site de Strasbourg depuis 2004.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.