Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Grand ensemble du Marais

Dossier IA67016496 réalisé en 2009

Fiche

Précision dénomination aménagement urbain
Dénominations cité
Aire d'étude et canton Schiltigheim - Schiltigheim
Adresse Commune : Schiltigheim
Lieu-dit : quartier du Marais
Adresse : rue de Provence , rue de Bretagne , place de Savoie , place de Bourgogne , rue de Touraine , rue du Languedoc , rue d' Anjou , rue d' Auvergne , rue du Poitou , rue de Normandie
Cadastre : 1994 73

Au début des années 1960, le lieu-dit Muhlwoerth est occupé par des jardins ouvriers. En 1963 et malgré l’opposition d’une partie des élus qui regrettaient la disparition des jardins, la municipalité décide d'y faire construire un grand ensemble. Celui-ci devra accueillir environ 2600 personnes réparties en 790 logements. Le projet d'aménagement est confié à Henri-Jean Calsat. Celui-ci doit concevoir le plan du quartier, assister la commune dans ses démarches pour l'autorisation de lotissement et assurer la coordination des architectes chargés de la réalisation des bâtiments et des équipements. Dès l'année suivante il dresse un plan masse constitué de 11 immeubles d'habitations de 5 étages organisés autour d'une place. Celle-ci, occupée par plusieurs équipements de proximité (commerces, maison de jeunes, école), est conçue comme un lieu de sociabilité. Elle est reliée par des cheminements piétonniers aux différents bâtiments d’habitation et équipements périphériques. Le traitement des espaces verts doit contribuer à faire pénétrer la nature jusqu'au coeur du quartier. Entre 1964 et 1968, le projet est quelque peu modifié les équipements de la place centrale sont éclatés dégageant ainsi davantage d’espace de circulation au centre de la place. La conduite des opérations d'équipement (voirie, assainissement, aménagement des espaces libres, plantation, éclairage, etc.) est confiée par la Ville à la Société Technique Urbaine et Génie Civil dont le siège social est à Versailles. Les logements sont répartis entre différents bailleurs sociaux. Au début de l’année 1966, les travaux sont engagés. On dénomme les rues en septembre et dès le mois d’octobre les premiers habitants prennent possession de leurs logements. Les immeubles de la rue du Languedoc, dus à l'architecte strasbourgeois Louis Schneider, sont inaugurés l'année suivante. Ils sont destinés en priorité aux personnes relogées dans le cadre de l'opération de rénovation du centre ville et aux habitants de la cité provisoire Comessa. En 1967, des classes préfabriquées sont installées en attendant la construction de l'école maternelle prévue. Celle-ci est inaugurée en septembre 1970. L'école primaire est construite en 1974-1975. En 1989, un terrain de jeu, conçu en concertation avec des enfants, est aménagé en bordure de l'Ill. Le grand ensemble du Marais a fait l'objet d'un programme de réaménagement, conduit de 1997 à 2007 (aménagement d'un mail piétonnier, construction de la Maison de l'Enfance, aménagement de squares et aire de jeux).

Période(s) Principale : 2e moitié 20e siècle
Dates 1966, daté par source
Auteur(s) Auteur : Calsat Henri Jean, architecte urbaniste, attribution par source
Auteur : Schneider Louis, architecte, attribution par source

Le Grand ensemble du Marais est aménagé entre l'axe de circulation de la rue du Marais et la rivière de l'Aar. Le plan général du grand ensemble est organisé autour d'une place centrale occupée par une école primaire et une école maternelle. Les édifices d'habitation sont des barres de cinq étages (surmontées d'un étage d'attique pour l'immeuble No 4 à 16, rue de Bretagne) de plan rectangulaire ou serpentant de manière à dessiner des chemins de circulation. Sur le côté oriental du grand ensemble, en direction de l'Aar, des espaces verts ont été aménagés constituant une transition avec les jardins familiaux qui bordent la rivière. Un mail piétonnier aménagé récemment, offre un axe de perspective depuis la place centrale vers l'ouest.

Murs béton
enduit
Étages rez-de-chaussée, 5 étages carrés

Le Marais constitue un témoin intéressant de l'urbanisme de l'agglomération strasbourgeoise des années 1960. La réflexion sur les cheminements et la place de la nature sont plus particulièrement remarquables.

(c) Inventaire général - Pottecher Marie