Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Générateur thermoélectrique ; instrument de démonstration de phénomènes physiques : pile thermoélectrique de Moll :

Dossier IM67045647 réalisé en 2009

Fiche

  • Vue d'ensemble
    Vue d'ensemble
  • Impression
Dénominations instrument de démonstration de phénomènes physiques, générateur thermoélectrique
Aire d'étude et canton Strasbourg
Adresse Commune : Strasbourg

L’effet thermoélectrique est découvert par Thomas Johann Seebeck en 1822, mais est identifié comme tel par Hans Christian Oersted (Seebeck persiste à le décrire comme thermomagnétique). Dans le cadre de recherches sur les propriétés de la chaleur, Leopoldo Nobili et Macedonio Melloni présentent en 1831 à l’Académie des sciences de Paris une pile thermoélectrique, qui pouvait détecter la chaleur d’une main à un mètre de distance. Elle est immédiatement copiée par les fabricants d’instruments et devient connue sous le nom de pile thermoélectrique de Nobili-Melloni. Le modèle conservé a été produit par l’entreprise familiale Kipp (& Zonen), fondée en 1830 par Petrus Jacobus Kipp. En 1913, le Dr. W.J.H. Moll, de l’université d’Utrecht, présente à la société sa pile thermoélectrique à forte sensibilité. Dans les années 1930, Kipp & Zonen produit quatre modèles de piles thermoélectriques basées sur le système du Dr. Moll : à grande surface (2 centimètres de diamètre) pour mesure de la radiation, linéaire pour recherches spectrales, à petite surface (plus économique) et à grande sensibilité (type « micro »). La principale différence réside dans le nombre de couples (de 17 à 80) et la résistance associée. Les piles thermoélectriques Moll sont fabriquées à la main jusqu’en 1989 (elles sont alors supplantées par des modèles à feuilles polyamides plaquées par galvanoplastie ou encore à semi-conducteur). Le modèle conservé figure sous le numéro I97 dans le catalogue des instruments de l’Institut de Physique visé en 1952. Le constructeur mentionné est « Jarre Jacquin », une société parisienne importatrice d’instruments pour les laboratoires, qui est vraisemblablement le revendeur de l’objet. A la date du 4 octobre 1957, cet instrument était utilisé pour l’enseignement en amphithéâtre.

Période(s) Principale : 1ère moitié 20e siècle
Lieu d'exécution Commune : Delft Hollande
Auteur(s) Auteur : Kipp, fabricant

L’instrument est constitué d’un cylindre métallique portant un pavillon circulaire, monté sur un pied terminé par un socle en métal. Il renferme des thermocouples formés d’un ruban mince (7 microns d’épaisseur) de constantan (alliage de cuivre et de nickel) soudé à un ruban similaire de manganin (alliage de cuivre, manganèse et nickel), l’autre extrémité de chaque ruban étant soudée à une barrette de cuivre. L’action de la chaleur radiante provoque une différence de température et fait apparaître une différence de potentiel à la jonction des rubans, qui charge électriquement les soudures opposées du thermocouple (?). Deux connecteurs, placés au contact des pôles (positif et négatif), permettent de brancher un dispositif électrique, notamment de mesure. Cet instrument permettait de générer des courants électriques et d’enregistrer des changements de température. L’indication « bolomètre » rapportée sur l’objet pourrait indiquer qu’il faisait partie d’un dispositif d’étude du rayonnement électromagnétique solaire. Dans le cadre universitaire, il pouvait également servir à la démonstration de l’effet Seebeck.

Catégories électricité
Matériaux métal
verre
Mesures l : 10.0 cm
la : 7.0 cm
h : cm
d : 2.0 cm
Inscriptions & marques inscription concernant le fabricant, gravé, sur l'oeuvre
inscription concernant le lieu d'exécution, gravé, sur l'oeuvre
inscription, gravé, sur l'oeuvre
numéro d'inventaire, manuscrit, sur l'oeuvre

Précision inscriptions

Fabricant : KIPP

Lieu d’exécution : Delft-Holland

Autres inscriptions : E2, 3862

Numéro d’inventaire : I97 (à la peinture noire)

Autres numéros : 6 879 8

Autre inscription : Bolomètre (I.R.) (au crayon à papier)

États conservations bon état
Statut de la propriété propriété d'un établissement public de l'Etat

Références documentaires

Documents d'archives
  • Catalogue de l’Institut de Physique. Faculté des Sciences, Université de Strasbourg. Vu et vérifié le 27 mars 1952 par le Doyen de la Faculté des Sciences Pierre Lacroute. 27 mars 1952-16 avril 1959.

Liens web

(c) Inventaire général - Issenmann Delphine - Urié Pauline - Goupille Nathalie