Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Garniture architecturale ; tenture murale (tapisserie ; dit d'Aubusson, de basse-lisse) : Ferme ton armoire

Dossier IM67020017 réalisé en 2012

Fiche

Biographie de Jean Lurçat

Peintre, céramiste et créateur de tapisserie français, Jean Lurçat s'inscrit dans l'histoire de la tapisserie, comme la grande figure qui a donné un nouveau souffle à cet art dès les années 1930-40.

Né en 1892 à Bruyères, dans les Vosges, et mort en 1966 à Saint-Paul-de-Vence, il réalise d'abord des études en sciences naturelles, puis il fréquente l´École des Beaux-Arts à Paris. Il apprend notamment la fresque et la gravure. De 1915 à

1932, il fait réaliser ses premières tapisseries au point de canevas par sa mère. Durant cette période, il réalise également des gouaches, des huiles et les décors etc costumes d'un ballet.

En 1933, sont réalisée ses premières oeuvres sur métier : "l'Orage" en basse-lice à Aubusson, et "Les illusions d'Icare", en haute lisse, aux Gobelins. Cette dernière tapisserie est offerte par l´État français à la reine de Hollande.

En 1937, Jean Lurçat découvre "l'Apocalypse d'Angers", la plus grande tapisserie du monde tissée au XVe siècle par Nicolas Bataille. C'est une révélation à la fois esthétique et technique pour l'artiste qui s'en inspirera pour révolutionner la technique et l'expression de la tapisserie à cette époque. Il crée ainsi le carton numéroté qui réduit le temps d´exécution pour le lissier mais le cantonne à un travail purement mécanique.En 1939, il réalise à Aubusson sa première oeuvre monumentale, "Les quatre saisons".

L'influence de son époque en peinture avec des mouvements artistiques tels que le fauvisme, le cubisme et le surréalisme, le mène vers la création d'un répertoire personnel de symboles et de thèmes récurrents dans son oeuvre. Le coq annonce l'aurore, le soleil, lui, est symbole de vie. Le soleil est toujours présent, ainsi que le papillon. Toute cette faune de symboles représentés de façon stylisée se pose parmi les végétaux. Durant la Seconde Guerre mondiale, Jean Lurçat crée également des oeuvres plus engagées comme "Es la verdad" (1942) et "Liberté" (1943, d´après le poème d'Eluard).

C'est en 1957 qu'il réalise à Aubusson la plus grande tapisserie de sa carrière : "Le Chant du monde" est constitué de 10 panneaux qui atteignent en tout 500 mètres carrés. La tenture part de l'apocalypse nucléaire d'Hiroshima, passe par la conquête de l'espace et veut exprimer la victoire finale de l'homme vivant en harmonie avec le monde et les éléments. Jean Lurçat a reçu de nombreuses distinctions et nominations.

En 1945, il est nommé Président de l'Association des peintres-cartonniers de tapisserie, créée par Denise Majorel. En 1959, Jean Lurçat est nommé membre d l'Académie royale de Belgique et de l'Académie nationale des beaux-arts du Portugal. En 1961, il est élu président du Centre International de la tapisserie ancienne et moderne à Lausanne. Et, enfin en 1964, il est élu membre de l'Académie des beaux-arts de Paris. Il est le promoteur de plusieurs expositions de tapisseries, telle que la biennale de la tapisserie à Lausanne, en 1962.

Jean Lurçat, connu aussi pour avoir été un grand voyageur, a fait tisser en tout 800 cartons de 1940 à 1962. Même si son oeuvre peut paraître aujourd'hui quelque peu classique, il reste néanmoins la grande figure de la tapisserie moderne et contemporaine française, celui qui aura oeuvré pour la survie de cet art pratiqué encore aujourd'hui.

A Strasbourg, Jean Lurçat a également réalisé, en 1961, la céramique monumentale qui s'intitule "La création du monde" et qui vient orner la façade occidentale de l'auditorium de l'ancienne maison de la radio/ORTF donnant sur la place de Bordeaux.

Dénominations garniture architecturale, tenture murale
Titres Ferme ton armoire
Appellations dite d'Aubusson, de basse-lisse
Aire d'étude et canton Strasbourg - Strasbourg
Adresse Commune : Strasbourg

Selon une source écrite, à l'occasion des premières assises du Conseil de l'Europe à Strasbourg en août et septembre 1949, l'Assemblée consultative a tenu séance au palais universitaire. M. Bertrand Monnet, architecte en chef des Monuments historiques et M. Lucien Cromback, architecte en chef de l'Université, étaient chargés de l'aménagement et de la décoration du cadre. C'est ainsi que l'aula du palais universitaire s'est retrouvé à la fois transformé en hémicycle et orné d´une grande suite ancienne de tapisseries : la Tenture des Triomphes des Dieux, prêtée pour l'occasion par le Mobilier National. "L´Exposition de la Tapisserie Française au conseil de l'Europe" lui a succédé pendant un mois durant, regroupant 30 tapisseries contemporaines offertes au regard des strasbourgeois. Pendant les sessions du Conseil, elles décoraient les bureaux des délégations. Elles ont ensuite été regroupées en salle Pasteur et en salle Fustel de Coulanges pour la période

d'exposition ouverte au grand public.

La tapisserie intitulée «Ferme ton armoire» de Jean Lurçat faisait bien sûr partie de cet ensemble de 30 tentures. Elle appartenait à l'époque à la Galerie Jeanne Bucher, à Paris. Elle a probablement fait l'objet d'un don à l'université suite à cette exposition.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Lieu d'exécution Commune : Aubusson
Auteur(s) Auteur : Lurçat Jean,
Jean Lurçat (1892 - 1966)

Peintre, céramiste et créateur de tapisserie français, Jean Lurçat s'inscrit dans l'histoire de la tapisserie, comme la grande figure qui a donné un nouveau souffle à cet art dès les années 1930-40.

Né en 1892 à Bruyères, dans les Vosges, et mort en 1966 à Saint-Paul-de-Vence, il réalise d'abord des études en sciences naturelles, puis il fréquente l´École des Beaux-Arts à Paris. Il apprend notamment la fresque et la gravure. De 1915 à

1932, il fait réaliser ses premières tapisseries au point de canevas par sa mère. Durant cette période, il réalise également des gouaches, des huiles et les décors etc costumes d'un ballet.

En 1933, sont réalisée ses premières oeuvres sur métier : "l'Orage" en basse-lice à Aubusson, et "Les illusions d'Icare", en haute lisse, aux Gobelins. Cette dernière tapisserie est offerte par l´État français à la reine de Hollande.

En 1937, Jean Lurçat découvre "l'Apocalypse d'Angers", la plus grande tapisserie du monde tissée au XVe siècle par Nicolas Bataille. C'est une révélation à la fois esthétique et technique pour l'artiste qui s'en inspirera pour révolutionner la technique et l'expression de la tapisserie à cette époque. Il crée ainsi le carton numéroté qui réduit le temps d´exécution pour le lissier mais le cantonne à un travail purement mécanique.En 1939, il réalise à Aubusson sa première oeuvre monumentale, "Les quatre saisons".

L'influence de son époque en peinture avec des mouvements artistiques tels que le fauvisme, le cubisme et le surréalisme, le mène vers la création d'un répertoire personnel de symboles et de thèmes récurrents dans son oeuvre. Le coq annonce l'aurore, le soleil, lui, est symbole de vie. Le soleil est toujours présent, ainsi que le papillon. Toute cette faune de symboles représentés de façon stylisée se pose parmi les végétaux. Durant la Seconde Guerre mondiale, Jean Lurçat crée également des oeuvres plus engagées comme "Es la verdad" (1942) et "Liberté" (1943, d´après le poème d'Eluard).

C'est en 1957 qu'il réalise à Aubusson la plus grande tapisserie de sa carrière : "Le Chant du monde" est constitué de 10 panneaux qui atteignent en tout 500 mètres carrés. La tenture part de l'apocalypse nucléaire d'Hiroshima, passe par la conquête de l'espace et veut exprimer la victoire finale de l'homme vivant en harmonie avec le monde et les éléments. Jean Lurçat a reçu de nombreuses distinctions et nominations.

En 1945, il est nommé Président de l'Association des peintres-cartonniers de tapisserie, créée par Denise Majorel. En 1959, Jean Lurçat est nommé membre d l'Académie royale de Belgique et de l'Académie nationale des beaux-arts du Portugal. En 1961, il est élu président du Centre International de la tapisserie ancienne et moderne à Lausanne. Et, enfin en 1964, il est élu membre de l'Académie des beaux-arts de Paris. Il est le promoteur de plusieurs expositions de tapisseries, telle que la biennale de la tapisserie à Lausanne, en 1962.

Jean Lurçat, connu aussi pour avoir été un grand voyageur, a fait tisser en tout 800 cartons de 1940 à 1962. Même si son oeuvre peut paraître aujourd'hui quelque peu classique, il reste néanmoins la grande figure de la tapisserie moderne et contemporaine française, celui qui aura oeuvré pour la survie de cet art pratiqué encore aujourd'hui.

A Strasbourg, Jean Lurçat a également réalisé, en 1961, la céramique monumentale qui s'intitule "La création du monde" et qui vient orner la façade occidentale de l'auditorium de l'ancienne maison de la radio/ORTF donnant sur la place de Bordeaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, peintre sur céramique

Cette tapisserie de basse-lisse, dite d'Aubusson, représente une armoire ouverte dans laquelle se trouvent différents animaux et insectes (papillon; hibou; serpent; chèvre; porc-épic; canard; raie). L'inscription «Ferme ton armoire, elle est pleine d'insectes. Les tenir discrets c'est la mer à boire.», tissée dans la trame, surplombe l'ensemble. Dans le coin inférieur droit, on peut lire, encore tissés dans la trame, les mots suivants: «En haut irain de rahai-lokhoum En bas buisson de menaces».

Catégories tapisserie sur métier
Matériaux laine, chaîne, trame, coloré, tissé
Mesures h : 250.0 cl
la : 430.0 cm
Inscriptions & marques signature, sur l'oeuvre
Statut de la propriété propriété d'un établissement public de l'Etat

Références documentaires

Documents d'archives
  • La tapisserie française au conseil de l'Europe (exposition au palais universitaire de Strasbourg du 1er au 16 octobre 1949), Strasbourg : Dernières Nouvelles de Strasbourg, 1949

Bibliographie
  • DENIZEAU, Gérard. L'oeuvre peint de Jean Lurcat. Lille : ANRT, 1989

  • GRYNPAS NGUYEN, Alberte. Tapis/tapisseries d'artistes contemporains :

    Manufactures nationales Gobelins, Beauvais, Savonnerie, 1960 à nos

    jours. Paris : Flammarion, 2006,

  • JOBE, Jospeh (dir.), LURCAT, Jean (préface). Le grand livre de la tapisserie. Lausanne : Edita, 1965

  • LURCAT, Jean. Le bestiaire de la tapisserie du Moyen-Age. Genève : Paris : P. Cailler, 1947

  • LURCAT, Jean. Tapisserie française. Paris : Bordas, 1947

  • LURCAT, Jean. Tapisseries contemporaines Aubusson : Jean Lurçat, Gromaire. Paris : Braun, 1943

  • LURCAT, Jean. Giotto : la galerie des merveilles/lettre sur l'art mural par Jean Lurçat. Paris : Amiot-Dumont, 1954

  • LURCAT, Jean (présentation) ; LEVRON BIBLE Jacques (historique) et Château d'Angers. L'Apocalypse d'Angers. Angers : Au Masque d'or, 1955

  • MILHAUD, Jean (textes) et LURCAT, Jean (héliogravures, dessins). Mon ami, le coq de Lurçat. Paris : Nouvelles éditions latines, 1961

  • ROY, Claude. Jean Lurçat. Genêve : P. Cailler, 1961

  • Musée Jean Lurçat et de la tapisserie contemporaine. Site internet des musées d'Angers [disponible sur http:// www.musees.angers.fr (vu le 04/07/12)].

  • Ville de Strasbourg. Guide de poche de l'art contemporain dans l'espace

    public de Strasbourg. Strasbourg : Direction de la culture, 2010.

(c) Inventaire général - Baguet Aude
Aude Baguet

Chargée de l'inventaire des œuvres d'art de l'Université de Strasbourg auprès du Service de l'Action Culturelle de l'Université (SUAC) de 2011 à 2012.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Issenmann Delphine