Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Entrepôts commerciaux du Bassin de la Citadelle

Dossier IA67080365 inclus dans Bassin de port dit Bassin de la Citadelle réalisé en 2018

Fiche

La rédaction de ce dossier intervient dans le cadre d'une opération d'urgence menée en septembre 2018 par Frank Schwarz. Elle s'inscrit dans le contexte d'une vaste opération de requalification urbaine qui intéresse toute la zone des Deux Rives à Strasbourg et qui donnera lieu à la recomposition du secteur du Bassin de la Citadelle et d'une partie des constructions héritées de l'histoire portuaire du lieu. Certaines démolitions pourraient également intervenir. La campagne de prises de vues est assurée par Siméon Levaillant.

Appellations Entrepôts commerciaux du Bassin de la Citadelle
Parties constituantes non étudiées garage, voie ferrée
Dénominations entrepôt commercial
Aire d'étude et canton aire d'étude du département 67 - Strasbourg
Hydrographies Canal de Jonction (le)
Adresse Commune : Strasbourg
Adresse : 11, 13 rue de Nantes
Cadastre : 2018 DM 169

Dès novembre 1930, alors que les travaux de percement du Bassin de la Citadelle sont en cours, l’entreprise SOTRAPO projette la construction, sur sa rive nord, d’un entrepôt en béton armé et briques comportant deux étages carrés et un étage de comble sous un toit à longs pans et croupes. Les plans sont livrés par les architectes strasbourgeois Charles Edouard Mewes et Émile Widmann. Cette construction ne sera toutefois jamais réalisée et c’est le Port Autonome de Strasbourg qui y fait édifier, en 1936, un entrepôt commercial en rez-de-chaussée, d'une superficie de 1378 m2. Les plans en sont dressés par le Service des travaux d’extension du port et les travaux menés par l'entreprise de construction Brion & Martin. Relié à la voie ferrée, il est mis à disposition de la Société de Transports Jonemann. Il est par ailleurs équipé d’une grue à portique pour permettre le chargement et le déchargement des chalands. En 1947, un second entrepôt commercial d’une superficie de 1234 m2 est construit dans son prolongement ouest. Il est exploité par la société E.V.O.R.

L’activité d’entreposage sur place prend fin vers 1995. Le dernier exploitant est l’entreprise de transport et logistique Charpiot. Ils ont été cédés à la SPL des Deux Rives en février 2016 en vue leur réhabilitation future, sans doute à destination d’activités de loisirs ou de restauration. Au début de l’année 2018, ils ont fait l’objet d’une campagne de travaux de mise aux normes afin de pouvoir accueillir une manifestation professionnelle organisée par la Fédération des promoteurs immobiliers.

La transformation définitive de ces entrepôts est prévue à l’horizon 2024. D’ici-là, ils feront l’objet d’une occupation temporaire. Un appel d’offres visant de nouveaux usages artistiques et culturels mais aussi sportifs et récréatifs a été lancé en ce sens.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1936, daté par source
1947, daté par source
Auteur(s) Auteur : Brion & Martin, entrepreneur, attribution par source

Les deux entrepôts commerciaux, de plan rectangulaire, présentent une mise en œuvre identique. Ils se déploient en rez-de-chaussée surélevé sous un toit à longs pans soutenu par une charpente métallique apparente en treillis et couvert de tuiles mécaniques. Ils se composent d'un haut soubassement et d'une ossature apparente faite de poteaux et de poutres en béton armé. Le remplissage est en briques apparentes, avec un jeu de bichromie où alternent briques rouges et briques noires pour l’entrepôt à l’est. Ils sont ajourés de baies rectangulaires avec linteaux et appuis saillants en béton, châssis métalliques et dispositifs d’aération à claire-voie. L’élévation postérieure de l’entrepôt situé à l’est est rythmée par neuf travées d’ouvertures dont trois portes de service. Celle de l’entrepôt implanté à l’ouest en compte six, avec deux portes de service.

Les deux constructions sont réunies par un garage en rez-de-chaussée, construit en briques apparentes et couvert d’un toit à longs pans avec charpente métallique apparente et tuiles mécaniques. Elles sont bordées, de toute part, par un quai de chargement, protégé sur l’élévation antérieure par un auvent sur structure métallique. Au droit du quai de chargement, elles sont longées, au nord et au sud, par une voie de chemin de fer dédiée.

Murs béton
brique
Toit tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Étages rez-de-chaussée surélevé
Couvertures toit à longs pans
États conservations désaffecté
Statut de la propriété propriété d'un établissement public
(c) Région Grand Est – Inventaire général - Schwarz Frank