Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ensemble industriel Vix Bara puis lotissement des rues de Champagne et d'Epernay

Dossier IA67015106 réalisé en 2007

Fiche

Précision dénomination site industriel
Dénominations ensemble industriel, lotissement
Aire d'étude et canton Schiltigheim - Schiltigheim
Adresse Commune : Schiltigheim
Lieu-dit : quartier du centre ville
Adresse : rue de Champagne , rue d' Epernay , 8, 16 route du Général-de-Gaulle
Cadastre : 1990:29:00

Le lotissement des rues de Champagne et d'Epernay se fait sur l'ancienne propriété Vix Bara. Afin d'éviter des lourdes taxes douanières, consécutives à la défaite de 1870, tout en conservant sa clientèle alsacienne, ce producteur de champagne installé à Avize avait implanté une fabrique à Schiltigheim vraisemblablement autour de 1900 (une demande de permis de construire est examinée en 1906 par le Conseil Municipal pour une construction implantée à proximité de la rue des Malteries). La propriété comprenait alors des bâtiments industriels (actuels No 2, 4 et 5 rue de Champagne) ainsi qu'une maison (aujourd'hui No 2 rue d'Epernay). En 1922, si Vix Bara est toujours donné comme propriétaire, les lieux semblent être laissés à l'abandon. En 1926 au plus tard, la propriété passe aux mains de Louis Brun, résidant 9 rue Saint-Charles à Schiltigheim. Brun, producteur de champignons, réutilise pour son activité les bâtiments industriels laissés vacants par Vix Bara. En 1936, avec André Walzer, il engage des démarches auprès de la mairie pour faire lotir le terrain. Une première rue est aménagée. D'abord appelée rue des Allemands (Allemanstrasse), elle prend finalement le nom de rue de Champagne. Des maisons et des immeubles d'habitation sont construits dans les espaces laissés libres par les bâtiments industriels. La rue d'Epernay (que ses propriétaires voulaient d'abord baptiser rue Gutenberg) est aménagée quelques mois plus tard. Elle n'a quant à elle, qu'une fonction résidentielle et intègre l'ancienne demeure Vix Bara. A la suite de réclamations des riverains qui se plaignaient du manque d'entretien de la rue de Champagne, les deux rues sont intégrées à la voirie communale en 1938. En 1950, l'ensemble du lotissement, qui se trouvait encore dans une zone à vocation industrielle, est classée en zone d'habitation.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1936, daté par source
1937, daté par source
Auteur(s) Auteur : Walzer André, entrepreneur,
Personnalité : Vix Bara, propriétaire, attribution par source
Personnalité : Brun, propriétaire, attribution par source

Le lotissement des rues de Champagne et d'Epernay, pris entre la route du Général de Gaulle (à l'ouest) et la rue des Malteries (à l'est) présente un plan triangulaire, traversé par des voies de desserte parallèles. Compte tenu de son histoire, le lotissement présente deux aspects très différents dans les deux rues. La rue de Champagne, aménagée en bordure des usines préexistantes, présente une faible homogénéité du tissu urbain (absence de continuité de gabarit, faible unité typologique des édifices). En revanche, la rue d'Epernay, qui intègre l'ancienne demeure Vix Bara, apparaît comme un ensemble résidentiel cohérent constitué de maisons et de petits immeubles implantés en léger retrait par rapport à la voirie, derrière des jardinets.

Le lotissement des rues de Champagne et d'Epernay offre un exemple intéressant de remploi, à des fins essentiellement d'habitation, d'un ancien ensemble industriel. Il est dans ce cadre tout à fait représentatif du secteur sud de Schiltgiheim qui, ancienne zone d'activité industrielle, connaît dès le deuxième quart du 20e siècle, un processus de transformation en zone résidentielle.

(c) Inventaire général - Pottecher Marie