Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cité d'Habitations à Bon Marché

Dossier IA67015563 réalisé en 2007

Fiche

Précision dénomination aménagement urbain
Dénominations cité
Aire d'étude et canton Schiltigheim - Schiltigheim
Adresse Commune : Schiltigheim
Lieu-dit : quartier du centre ville
Adresse : 17,18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28 rue d' Alsace , rue de Lorraine , 5 à 12 rue de la Moselle , 17a rue de la Glacière
Cadastre : 1990:07:00

Le projet de construction des Habitations à Bon Marché est engagé en 1926 après que la nouvelle équipe municipale, élue en 1925 et dirigée par le maire Adolphe Sorgus, ait décidé l'’adhésion de la commune à l’Office Départemental d'’Habitations à Bon Marché. La construction commence par un ensemble de 100 logements, dans la section nord de la rue d'’Alsace, dont la commune avait décidé l’'aménagement en 1924 (voir dossier lotissement de la rue d’Alsace). L'’opération se poursuit les années suivantes en 1930 (date portée) construction de deux ensembles d'’immeubles de 59 et 48 logements et aménagement de la rue de la Lorraine (tronçon sud), l'’année suivante le tronçon nord de la même rue est aménagé et deux immeubles de 64 et 68 logements sont construits de part et d'autre de la voie. En 1932 enfin, un dernier immeuble de 77 logements est construit rue de la Moselle. La maîtrise d'’œuvre de l'ensemble du projet est confiée au cabinet d'’architectes Risch et Herveh qui assure également la conduite du chantier pour la rue d'Alsace et le côté ouest du tronçon sud de la rue de Lorraine. Celle-ci revient ensuite à l’'entrepreneur Georges Luttmann (pour les 48 logements du côté est du même tronçon de rue au moins). En 1936, date à laquelle est achevé l'’immeuble rue de la Moselle, ce sont au total 416 logements neufs qui ont été aménagés. Les logements (de trois pièces pour la plupart), destinés prioritairement aux familles de plus de trois enfants fixées à Schiltigheim depuis deux ans au moins, tandis que quelques commerces sont prévus dans les rez-de-chaussée.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1926, porte la date, daté par source


Auteur(s) Auteur : Risch Henri, architecte, signature
Auteur : Herveh Frédéric, architecte, signature

La cité est desservie par un réseau de rues parallèles (rue d'Alsace, rue de la Lorraine et rue de la Moselle) dont l'une forme un coude. Elle se compose de sept bâtiments de plan longitudinal orientés nord-sud avec de courts retours latéraux (à l'exception des immeubles sis dans le tronçon sud de la rue de Lorraine) ainsi que de quatre bâtiments plus réduits orientés est-ouest. Les espaces libres sont rejetés en fond de parcelle. Quatre des immeubles sont adossés deux à deux, enserrant au centre un espace de cour. Les immeubles, en maçonnerie enduite, présentent une élévation à deux étages carrés et un étage de comble sur rez-de-chaussée surélevé. La couverture des édifices est à longs-pans, en pavillon brisés et à toits bombés couronnés d'épis de faîtage. Les façades sont percées de fenêtres simples, doublées (nord de la rue d'Alsace). Les lucarnes font l'objet d'un traitement plus varié baies simples, jumelées ou en triplets, serliennes (section nord de la rue de Lorraine). Des portes-fenêtres donnent accès aux balcons. Les immeubles rue d'Alsace possèdent également des bow-windows. Les façades sont animées de jeux de décrochements, mettant en valeur le rythme des travées des édifices. Les encadrements des portes d'entrée présentent un décor de maçonnerie (colonnes engagées, pilastres, dessus de porte) qui leur confère une certaine monumentalité. Les balcons et les portes des immeubles rue d'Alsace et de Lorraine présentent un décor de ferronnerie. Les immeubles de la rue d'Alsace présentent un décor de mascaron ornant le dispositif d'écoulement des eaux. Des buanderies sont aménagées sur la façade arrière des immeubles. Les immeubles sont essentiellement à vocation résidentielle. Toutefois, des magasins ont été aménagés en rez-de-chaussée dans les corps de bâtiment en retour latéral des immeubles de la rue d'Alsace. A l'intérieur, les appartements sont des deux ou des trois pièces disposant d'une cuisine habitable et de sanitaires séparés. Les pièces sont desservies par des couloirs ou communiquent directement les unes avec les autres.

Murs enduit
maçonnerie
Plans plan régulier
Étages rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
toit brisé en pavillon
toit bombé
Typologies décrochement, balcon, travée mises en valeur, bow-window,
États conservations remanié
Techniques maçonnerie
ferronnerie
Représentations enroulement masque instrument de mesure fruit fleur écureuil oiseau
Précision représentations

Décor maçonné représentant des motifs végétaux, des animaux ou des instruments de mesure sur les dessus de porte. Décor de masques en façade sur les dispositifs d'écoulement d'eau des immeubles rue d'Alsace.

La cité d'Habitation à Bon Marché constitue un jalon important de l'histoire du logement populaire de la commune et du le rôle que celle-ci à joué dans l'aménagement de son territoire. Par ailleurs, elle constitue un témoignage intéressant de l'oeuvre du cabinet d'architecte Risch et Heverh dont les liens avec la municipalité de Schiltigheim, sous le mandat du maire Adolphe Sorgus, étaient très étroits.

Statut de la propriété propriété d'un établissement public
(c) Inventaire général - Pottecher Marie