Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Brasserie Fischer

Dossier IA67013876 réalisé en 2009

Fiche

Œuvres contenues

  • Statue
    Schiltigheim, quartier du centre ville, 5, 7, 9, 11 route de Bischwiller
Précision dénomination site industriel
Appellations Brasserie Fischer, Brasserie du Pêcheur J. Ehrhard
Parties constituantes non étudiées atelier, magasin de commerce, silo, quai, bureau, vestiaire, cantine, infirmerie, château d'eau, hangar industriel, bâtiment administratif d'entreprise
Dénominations brasserie
Aire d'étude et canton Schiltigheim - Schiltigheim
Adresse Commune : Schiltigheim
Lieu-dit : quartier du centre ville
Adresse : 05, 07, 09, 11 route de Bischwiller
Cadastre : 1808 Cbis ; 1912 27 ; 1912 28 ; 1990 27 ; 1990 28

L'actuelle brasserie du Pêcheur ou Fischer prend son origine dans une brasserie artisanale, A l'Ours blanc, fondée à Strasbourg, 54, rue du Jeu-des-Enfants, en 1821 par Jean-Frédéric Fischer-Garnier. Elle fut vendue en 1838 à Martin Ehrhard-Weber, puis fut transmise en 1843 à son parent Jean Ehrhard-Flach. Ce dernier acquit une partie de l'actuel terrain afin d'y faire creuser des caves en 1854. C'est lui, puis ses fils Jean-Eugène et Auguste-Emile qui furent à l'origine de la prospérité de l'entreprise à cette époque. De nouvelles caves furent creusées en 1876. Auguste-Emile devint seul propriétaire de l'entreprise à partir de 1884, date à laquelle la production fut intégralement transférée à Schiltigheim. Elle devint une société anonyme en 1900. Dès cette époque, elle racheta de petites brasseries la Brasserie de la Hache à Schiltigheim (1903), la Brasserie de l'Aigle à Surbourg (1904), la Brasserie du Rhin à Schiltigheim (1905), les brasseries Nico à Colmar et Amos à Wasselonne (1906), la Brasserie de la Ville de Paris à Schiltigheim (1914) et la Brasserie Gruber à Strasbourg (1959) ; par ailleurs elle acquit des participations majoritaires dans différentes brasseries dont la Brasserie d'Adelshoffen. Elle connut une campagne d'agrandissement entre 1903 et 1912, avec l'achat de la brasserie voisine Hauer, à l'emplacement de laquelle fut édifiée une nouvelle malterie en 1912 d'après les plans de J. L. Langeloth et Friedrich Holtze. Elle fut dirigée par Léon Braun, puis par son gendre Robert Debus (1892-1971) entre 1940-1966, puis par son fils Michel entre 1966 et 1996 date à laquelle la brasserie fut vendue au Groupe Heineken. La production a cessé en 2009. Celle-ci était de 165 000 hl en 1910. Le site fut durant un siècle et demi exploité et transformé par la destruction, la construction et la transformation de bâtiments. Les principaux d'entre eux datent notamment de 1854 (pour une partie des caves), de 1884 (quelques bâtiments de production), de 1912 (malterie) et de 1959 pour la nouvelle salle de brassage. La brasserie a subi des dégâts importants lors du bombardement aérien du 11 août 1944. Des travaux de construction furent menés par Th. et Ed. Wagner au courant du 20e siècle. La brasserie obtint une médaille d'or à l'exposition universelle de 1867. La brasserie était reliée à la gare de marchandises de Bischheim-Schiltigheim par une voie ferrée de raccordement privée (fonctionnelle jusqu'en 1998).

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Dates 1854, daté par travaux historiques
1876
1884
1912
Auteur(s) Auteur : Langeloth J. L., architecte, attribution par source
Auteur : Holtze Friedrich, architecte, attribution par source
Auteur : Wagner Th., entrepreneur, attribution par source
Auteur : Wagner Ed., entrepreneur, attribution par source
Personnalité : Ehrhard, famille, commanditaire
Murs brique
béton
enduit
maçonnerie
Toit tuile plate, tuile mécanique
Couvertures terrasse
toit à longs pans
toit en pavillon
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
achetée
achetée
Typologies voie ferrée
États conservations établissement industriel désaffecté
Techniques maçonnerie

L'histoire de cette brasserie est comparable dans ses grandes lignes, avec celle des autres établissements du même type. A l'origine cette brasserie strasbourgeoise, passa d'une production artisanale à une production industrielle en s'installant progressivement à Schiltigheim. Les différents bâtiments montrent cette évolution depuis les anciennes caves (vers 1854), certaines parties (vers 1884), sa brasserie (restaurant) avec bains publics (1909), sa malterie (1912) jusqu'à sa salle de brassage (1959). Sa situation exceptionnelle à l'entrée sud de la ville, entre les routes du Général-de-Gaulle et de Bischwiller, est marquée par la malterie, qui répond en quelque sorte à l'ancienne usine Ungemach située de l'autre côté de la route de Bischwiller, et plus lointainement aux châteaux d'eau de Heineken. Elle illustre bien l'ancienne vocation industrielle et plus particulièrement brassicole de Schiltigheim.

Statut de la propriété propriété privée
(c) Inventaire général - Haegel Olivier - Paillard Elisabeth
Elisabeth Paillard , né(e) Frutieaux (1966 - )

Chercheur à l'Inventaire Général du Patrimoine culturel, Région Alsace, puis Région Grand Est, site de Strasbourg depuis 2004


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Rachedi Abdessalem