Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bassin de port dit Bassin de la Citadelle

Dossier IA67080364 réalisé en 2018

La rédaction de ce dossier intervient dans le cadre d'une opération d'urgence menée en septembre 2018 par Frank Schwarz. Elle s'inscrit dans le contexte d'une vaste opération de requalification urbaine qui intéresse toute la zone des Deux Rives à Strasbourg et qui donnera lieu à la recomposition du secteur du Bassin de la Citadelle et d'une partie des constructions héritées de l'histoire portuaire du lieu. Certaines démolitions pourraient également intervenir. La campagne de prises de vues est assurée par Siméon Levaillant.

Elle a donné lieu à la rédaction d'une synthèse qui précise l'historique du bassin portuaire.

Historique

Pour assurer le développement du port fluvial de Strasbourg, conçu et financé par la municipalité durant toute la période du Reichsland (1871-1918), on décide, après la Première Guerre mondiale, la création du Port Autonome de Strasbourg. Cet établissement public, institué par la loi du 26 avril 1924, associe la Ville et l’État. L’ensemble du foncier et des installations municipales est transféré au nouvel organisme. L’État, de son côté, s’engage à doubler la superficie de quais existants. Cette extension se concrétise, après l’aménagement d’un nouveau bassin aux pétroles inauguré en 1927, par le percement des bassins Vauban et de la Citadelle qui inaugurent les travaux d’extension en direction de la Zone Sud.

Le Bassin de la Citadelle, exécuté aux frais de l’État pour un montant de travaux de l’ordre d’un million de francs, est achevé en 1931. Il est destiné à accueillir des entrepôts et des chantiers de charbon et de bois. Dès l’origine, deux grues y sont installées. Les premières constructions érigées en 1936, voient le jour sur sa rive nord. Il s’agit d’un entrepôt commercial construit parallèlement au quai nord du bassin (étudié, IA67080365), des ateliers d’entretien et de réparation du Port Autonome de Strasbourg (étudiés, IA67080367) et d’un bâtiment d’administration (étudié, IA67080366) qui leur fait face. La rive méridionale est alors occupée par un vaste chantier d’entreposage de charbon exploité par la Société charbonnière Est et Nord S.A. Celle-ci dispose d’un portique roulant de 160 m de long.

En juin 1940, le Pont de la Citadelle, qui enjambait le Bassin de Jonction dans le prolongement de la rue Tarade (actuelle rue de Nantes), est démoli par un bombardement aérien. Il ne sera pas reconstruit. Dès lors, la rue Tarade se termine en cul-de-sac. En 1943, la Société Huber-Voglet & Cie Holz AG de Berlin fait ériger, sur le terre-plein sud, des silos, un entrepôt et une salle des machines. Sur la rive nord, un second entrepôt commercial est construit, en 1947, dans le prolongement ouest du premier. A l’est, sont édifiés des ateliers pour la Société Alsacienne de Renflouements et de Sauvetage (SARS) qui les fait agrandir en 1964 (disparus). En 1977, la SARS aménage sur place ses bureaux au sein d’un bâtiment préfabriqué dont les plans sont dressés par l’architecte strasbourgeois André Schnur.

Profitant de la présence sur place de ses ateliers, le Port Autonome de Strasbourg localise sur la presqu’île de la Citadelle son dépôt de vedettes fluviales. Pour ce faire, il fait construire, sur le Bassin Dusuzeau, un hangar servant d’abri à ses bateaux. Son extension est réalisée en 1992. Aujourd’hui, cette activité de plaisance est exploitée par Batorama, filiale du Port Autonome de Strasbourg.

Les entrepôts commerciaux sont désaffectés et l’ensemble de la presqu’île devrait faire l’objet d’une recomposition dans le cadre de la vaste opération de requalification urbaine engagée depuis plusieurs années par la Ville de Strasbourg sur un territoire de 75 ha formant la ZAC des Deux Rives (secteurs Citadelle, Coop, Starlette et quartier du Port du Rhin). Le réaménagement du futur quartier de la Citadelle est programmé pour s’achever en 2027.

Appellations Bassin de la Citadelle
Parties constituantes non étudiées bureau, voie ferrée, quai
Dénominations bassin de port
Aire d'étude et canton Strasbourg - Strasbourg
Hydrographies Canal de Jonction (le)
Adresse Commune : Strasbourg
Adresse : 11 à 15 rue de Nantes
Cadastre : 2018 DM 168, 169

Le Bassin de la Citadelle est achevé en 1931. Il est destiné à accueillir des entrepôts et des chantiers de charbon et de bois. Les premières constructions érigées en 1936, voient le jour sur sa rive nord. Il s’agit d’un entrepôt commercial construit parallèlement au quai nord du bassin (étudié, IA6767080365), des ateliers d’entretien et de réparation du Port Autonome de Strasbourg (étudiés, IA67080367) et d’un bâtiment d’administration (étudié, IA6780366). La rive sud est alors occupée par un vaste chantier d’entreposage de charbon exploité par la Société charbonnière Est et Nord S.A. Sur la rive nord, un second entrepôt commercial est construit en 1947, dans le prolongement ouest du premier. A l’est, sont édifiés des ateliers pour la Société Alsacienne de Renflouements et de Sauvetage (SARS) qui les fait agrandir en 1964. En 1977, la SARS aménage sur place ses bureaux au sein d’un bâtiment préfabriqué dont les plans sont dressés par l’architecte strasbourgeois André Schnur. Au cours des années 1980, le Port Autonome de Strasbourg localise sur la presqu’île de la Citadelle son dépôt de vedettes fluviales. Pour ce faire, il fait construire, sur le bassin Dusuzeau, un hangar servant d’abri à ces bateaux de tourisme. Cette activité de plaisance est exploitée par Batorama, filiale du Port Autonome de Strasbourg. Les entrepôts commerciaux sont désaffectés.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle , daté par source
Principale : 2e moitié 20e siècle , daté par source
Dates 1931, daté par source
1937, daté par source
1947, daté par source
1964, daté par source
1977, daté par source
Auteur(s) Auteur : Schnur André,
André Schnur

Architecte installé à Strasbourg, actif dans la seconde moitié du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Le Bassin de la Citadelle s’étend depuis le Bassin Dusuzeau suivant un axe ouest-est. Sa longueur est de 510 m et sa largeur de 60 m. Seule sa rive nord conserve des constructions liées à l’activité portuaire ainsi qu’une grue à portique (étudiée, IM67046104) dont la voie de translation longe le quai sud de la presqu'île de la Citadelle. Deux entrepôts (étudiés, IA67080365) bordent le quai nord du bassin. A l’extrémité de la presqu’île, se dressent les anciens ateliers d’entretien et de réparation du Port Autonome (étudiés, IA67080367) aujourd’hui occupés par sa filiale Batorama. Sur le Bassin Dusuzeau s’élève une grande halle à quatre travées de longs pans accolées, en charpente métallique et tôles nervurées, pour abriter des navettes fluviales. A l’arrière se déploie le bâtiment d'administration (étudié, IA67080366) et face à celui-ci, les bureaux en préfabriqué de la SARS, couverts d’un toit à un pan avec tôles ondulées en ciment amiante. Les deux voies de chemin de fer dédiées, qui desservaient le terre-plein nord, sont encore visibles le long des voies de circulation pavées de granit.

Murs pan de fer essentage de tôle
Toit tôle nervurée, ciment amiante en couverture
Étages en rez-de-chaussée surélevé
Couvertures toit à longs pans
toit à un pan
Statut de la propriété propriété d'un établissement public

Références documentaires

Bibliographie
  • TRINQUET, André. Le Port Autonome de Strasbourg. Grand port français sur le Rhin. Strasbourg : Imprimerie des Dernières Nouvelles d'Alsace, 1951.

  • Le Port Autonome de Strasbourg. Strasbourg : Port Autonome de Strasbourg, 1931.

(c) Région Grand Est – Inventaire général - Schwarz Frank